BFM Business

Les mystérieuses ambitions d'Apple dans le solaire

La monumentale ferme solaire d'Apple n'alimentera pas seulement le campus futuriste qu'Apple va inaugurer en 2016.

La monumentale ferme solaire d'Apple n'alimentera pas seulement le campus futuriste qu'Apple va inaugurer en 2016. - Apple

Apple a investi 850 millions de dollars dans une ferme solaire de 530 hectares pour alimenter son nouveau siège, son data center et ses Apple Store mais aussi d'autres entreprises tierces. Et pourquoi pas Tesla ?

Apple en a-t-il assez de n’être, pour le public, qu’un simple vendeur d’applications, d’appareils mobiles et d’ordinateurs ? Peut-être. Depuis quelques jours, en tout cas, le groupe californien fait tourner à plein régime la machine à buzz qui laisse présager son futur.

Après qu’un informateur anonyme ait annoncé la reprise du projet iCar, c’est au tour de Tim Cook de présenter son groupe comme un grand protecteur de la planète.

Le successeur de Steve Jobs ne l’a pas fait à l'occasion de ses fameux keynotes, mais lors de la conférence Goldman Sachs qui s’est tenu à New York. Et pour cause, il s’agit de montrer un nouveau visage au monde de la finance. Et pour ne pas sembler mener ce projet par intérêt financier, Tim Cook a tenu à préciser que "le changement climatique est réel. [Pour Apple], le temps des discussions est passé. Désormais, il faut d’agir".

Une unité de production écologique hors-norme

Le patron a révélé le projet d’une centrale à énergie solaire à Monterey (Californie). Cette centrale énergétique, construite en partenariat avec First Solar, s’étendra sur 1.200 hectares. Son coût est de l’ordre du milliard de dollars. À ce tarif, il est clair que la production d’électricité sera hors norme. Elle pourra répondre à la consommation d’une ville de 60.000 foyers.

Pour rassurer ses actionnaires, toujours à l’affût des rentrées et des dépenses du groupe, Tim Cook a tenu a préciser que ce ne sera pas un gouffre financier. Au contraire, il prévoit de réaliser des économies pour en faire un investissement rentable. Il ne s’est pas étendu sur ce point. Il s’est contenté d’affirmer que ce sera une bonne opération financière.

Pourquoi Apple se lance dans un projet si ambitieux ? D’abord, selon le patron d’Apple, à alimenter son nouveau campus californien qui représente un investissement de 5 milliards de dollars. Ce bâtiment de 70 hectares qui a la forme d’un vaisseau spatial - pour d’autres, c’est plutôt un donuts géant - ouvrira début 2016.

Devenir le principale fournisseur d'énergie des voitures électriques

Il accueillera 13.000 salariés, et disposera d'infrastructures qui n’ont rien à envier à une municipalité. On y trouvera un auditorium qui pourra accueillir 1.000 personnes, un complexe sportif et également une ferme agricole, comme Steve Jobs le voulait.

En plus d’alimenter ses locaux, la centrale solaire fournira de l’énergie à son data center de Newark, ainsi qu’aux 52 Apple Store californiens. Il est également prévu que des entreprises de la région se connectent à ce réseau électrique. Mais en plus de ces objectifs officiels, Apple pourrait avoir en tête ses projets automobiles.

L’iCar ou un rapprochement avec Tesla nécessiteront de l’énergie qui pourrait être produite dans le centre de Monterey. En effet, Apple ne peut se contenter de créer des autos sans penser à leur alimentation.

La capacité de production de la ferme solaire pourrait devenir la première pierre de ce projet. Tim Cook n’a pourtant pas évoqué cette intention. Mais difficile d’imaginer que l’idée ne lui a pas traversé l’esprit. D’autant qu’à Harris, une petite ville californienne située à quelques kilomètres de Monterey, Tesla a ouvert fin 2014 sa première station d’échange de batteries.

Autant de détails qui confirment une chose : Apple maîtrise l’art du buzz mieux que quiconque.

Pascal Samama