BFM Business

Les investissements du FSI sont-ils toujours stratégiques ?

Le caractère stratégique des investissements du FSI est remis en cause par ses dernières prises de participation (Reuters)

Le caractère stratégique des investissements du FSI est remis en cause par ses dernières prises de participation (Reuters) - -

Le Fonds est actuellement très sollicité mais aussi critiqué. certains observateurs l'accusent de n'être devenu qu'un guichet distribuant des millions d'euros aux entreprises en difficulté qui frappent à sa porte.

Entre Fabulous Garden, le spécialiste des dalles de sol, Sea France, Technicolor, ou encore l'éditeur Flammarion, le FSI est sur tous les fronts. Ce vendredi 7 juin encore, le Fonds est au chevet du papetier Sequana ou du fabricant de tramway Lohr.

De plus en plus souvent, il se porte au secours de groupes en difficulté. Problème : le caractère stratégique de ces investissements ne saute pas aux yeux. Or il ne s'appelle pas le Fonds stratégique d’investissement pour rien : sa fonction première est ainsi de miser sur des entreprises qui ont de l'avenir. Il peut par exemple participer à l'augmentation de capital d'une SSII qui voudrait s'internationaliser. 

Alors faut-il croire que le FSI n'est plus désormais que l’arme anti-fermeture d'entreprises du gouvernement ? Un membre du comité d'orientation stratégique nous confirme que des pressions politiques ont lieu sur tel ou tel dossier. Mais il insiste fermement sur l'indépendance du fonds dans ses choix.

Une logique plus industrielle que financière

Et finalement, les faits confirment cette autonomie. En dépit de leur retentissement médiatique, et donc de leur importance politique, les appels à l’aide de la PME King Jouet, d’Heulliez, du volailler Doux ou de la Saur, sont restés lettre morte. Preuve que le fonds sait claquer la porte quand un dossier ne l'intéresse pas.

Un autre membre du comité d'orientation, syndicaliste, nous indique même que le FSI d'aujourd'hui est plus vertueux que celui d'hier, car dans une logique plus industrielle et moins financière.

Reste que son rôle pourrait changer. Le ministre de l'Economie Laurent Fabius l'a rappelé le 6 juin, il y a un besoin concret de financements massifs dans l’économie française. A cet égard, une banque des entreprises innovantes devrait voir le jour début 2013, et le FSI sera dissolu en son sein. Dès lors, ses fonctions pourraient se résumer à prêter, comme c’est le rôle d’une banque, et non plus à investir. Autrement dit, il pourrait bien perdre son caractère stratégique...

Jean-Baptiste Huet et BFMBusiness.com