BFM Business

Les folles technos de ce Russe mettent le web en émoi

La Russie fait-elle, comme les Etats-Unis avec la Darpa, un buzz militaro-technolgique pour montrer sa capacité d'innovation ?

La Russie fait-elle, comme les Etats-Unis avec la Darpa, un buzz militaro-technolgique pour montrer sa capacité d'innovation ? - Dahir Insaat

Dahir Semenov conçoit à la fois des engins futuristes transportant en silence des centaines de personnes que des armes de guerre spectaculaires. Aucune d'entre elles n'a officiellement vu le jour, mais cet ingénieur leur donne vie dans des films d'animation criants de vérité qui cartonnent sur internet. Les moyens mis dans ces productions posent évidemment question.

Lorsque l’on imagine le futur, nos yeux se tournent instinctivement vers l’ouest des Etats-Unis. C’est en effet en Californie que Google et Space X, en autres, préparent l’avenir du transport et de l’énergie. Mais la Russie n’est en manque ni de talents, ni d’imagination.

Depuis quelques jours, une vidéo circule sur les réseaux sociaux. Elle dévoile un projet hors du commun imaginé par Dahir Semenov, un ingénieur russe spécialisé dans les équipements de transports civil et militaire, pour transporter des centaines de personnes à bord d’un engin qui abrite un centre commercial aérien.

Conçu comme un drone gigantesque, cet appareil longue distance volerait à très basse altitude (environ 6 mètres d’altitude). C’est l’une de ses particularités de cet appareil relié par câble à un engin électrique qui le guide et fournit l’énergie nécessaire à son fonctionnement.

Dahir Semenov juge son concept totalement révolutionnaire: "L’appareil est plus simple à concevoir et à piloter. Mais il est aussi plus fiable" assure-t-il. Le fait qu'il vole à seulement 6 mètres d’altitude permet de limiter l'énergie dépensée, mais ce choix garantit la sécurité des passagers. "À 6 mètres, vous pouvez être sûr que toute défaillance n’entraînera pas un accident mortel."

Il s'agit de son premier projet de transport civil. Jusqu''alors cet ingénieur semblait surtout inspiré par les armes. Il a par exemple conçu un projet ahurissant visant à anéantir aussi bien une unité de fantassin ou de blindés que des navires croisant en haute mer. Un armement ultra-sophistiqué dissimulé dans dans cinq camions civils qui, une fois réunis, deviennent un quadricoptère doté de tout le matériel nécessaire pour détruire en quelques minutes des bâtiments de guerre.

Sur la toile, ces inventions décoiffantes ne laissent pas indifférents. Elles sont souvent citées à la suite d’articles sur Vladimir Poutine ou sur le conflit ukrainien avec en commentaires la même phrase orthographiée de la même façon: "Cela ressemble à des CAMIONS HUMANITAIRES... oui... mais voilà... l'OTAN et Porochenko n'ont qu'à bien se tenir. Sinon... voyez... Tous les modèles présentés sont PRÊTS POUR LA PRODUCTION... VIVE LA RUSSIE ! VIVE VLADIMIR POUTINE !"

Mais qui est Dahir Semenov ? Selon son profil Facebook, il dirige la société Dahir Insaat, un organisme privé de recherche militaire spécialisé dans les robots et les drones de combat qui semble vouloir être à la Russie ce que la Darpa est aux Etats-Unis. A la seule différence que la Darpa publie de véritables vidéos quand Dahir Insaat ne diffuse que des films d'animation.

Impossible de savoir si ce sont des concepts, des projets en cours de réalisation, ou tout simplement de la propagande. D’autant que la toile fourmille d'autres films d'animations de projets russes aussi révolutionnaires qu’improbables.

Nous avons par exemple trouvé une vidéo, superbement réalisée, sur l’avion PAK TA qui peut voler à 2.000 km/h sur une distance de 7.000 km pour transporter troupes et véhicules blindés sans avoir besoin de recharger ses batteries. 

Il y a aussi le Sea Wing, un bateau qui peut évidemment naviguer, mais aussi s’envoler et atterrir sur terre, comme un avion. À l’origine de ce projet, tout aussi incroyable que les autres, Lev Chtchoukine, qui travaillerait dessus depuis 1978.

Enfin, il y a cette arme qui n’a pas été évoquée par un scientifique, mais par Anatoli Serdioukov, ministre russe de la défense de 2007 à 2012. Il s’agit du Zombie Gun, une arme "psychotronique" qui touche le cerveau et le système nerveux pour transformer les humains en zombies. "Elle peut théoriquement rendre quelqu’un docile ou même rendre la personne complètement folle en attaquant directement le cerveau". A-t-elle été testée et sur qui ?

Elon Musk, Sergei Brin ou Mark Zuckerberg, toujours prompts à réagir aux projets les plus fous qui font vibrer la Silicon Valley, restent curieusement muets sur ces folies "made in Russia". La CIA leur aurait-elle fait savoir qu'il ne s'agit que la Russie de Poutine renouerait par ce biais avec les plus belles heures de son passé socialiste ? Dans les années 60, le KGB brillait par son imagination pour laisser croire que l'URSS mettait au point des technologies révolutionnaires.

Pascal Samama