BFM Business

Les dirigeants de Twitter continuent de quitter le navire

Le directeur technique de Twitter, Adam Messinger, a annoncé sa démission. Il confirme l'hémorragie de départs à la tête du réseau social américain, laissant Jack Dorsey seul aux commandes de Twitter.

Le directeur technique de Twitter, Adam Messinger, a annoncé sa démission. Il confirme l'hémorragie de départs à la tête du réseau social américain, laissant Jack Dorsey seul aux commandes de Twitter. - Teresa Kroeger-GETTY IMAGES NORTH AMERICA-AFP

Le directeur technique du réseau social, Adam Messinger, vient de démissionner. Ce nouveau départ est un coup dur pour le PDG et fondateur de Twitter, Jack Dorsey, qui se retrouve de plus en plus seul.

L'hémorragie des cadres à la tête de Twitter n'est pas jugulée. Le directeur technique, Adam Messinger, quitte à son tour la firme américaine quelques semaines seulement après le départ du numéro deux, Adam Bain. Son départ est accompagné par celui du vice-président en charge du produit, Josh McFarland, qui rejoint en tant qu'associé la société de capital-risque, Greylock.

"Après cinq années, j'ai décidé de quitter Twitter et de prendre du temps pour moi", a annoncé sur le réseau social (voir ci-dessous) Adam Messinger, remerciant au passage le patron-fondateur du groupe Jack Dorsey qui lui a aussitôt rendu la pareille.

Ces deux départs illustrent l'échec du retour aux affaires de Jack Dorsey, qui dirige le réseau social américain depuis 2015 à la suite de la démission de Dick Costolo. Le fondateur et PDG de Twitter se retrouve de plus en plus isolé.

Twitter n'a toujours pas trouvé de repreneur

Dix ans après sa création, le réseau social peine toujours à étendre son audience et à trouver un modèle économique. Le rappel aux commandes de Jack Dorsey n'a, jusqu'ici, pas réussi à relancer la croissance de son activité. Celle-ci stagne à plus de 310 millions d'utilisateurs dans le monde, loin derrière des applications comme Snapchat (600 millions chaque mois) ou WhatsApp (plus d'un milliard).

Dans ce contexte, les rumeurs d'un possible rachat avaient repris de plus belle ces derniers mois. Mais tous les prétendants cités, comme Google, Disney ou Salesforce, ont jeté l'éponge.

Pour tenter de dégager enfin des bénéfices en 2017, Twitter avait annoncé fin octobre la suppression de 9% de ses effectifs, soit environ 350 postes, ainsi que la fermeture de Vine, son application de partage de courtes vidéos.

Frédéric Bergé