BFM Business

Les conséquences inattendues de l’explosion d'embauches chez Tesla

Pour la Gigafactory, cette usine de 10 km2, il faudra attendre 2020. En attendant, Tesla offre à son personnel un service de voiturier pour ne pas perdre de temps à chercher un place de parking.

Pour la Gigafactory, cette usine de 10 km2, il faudra attendre 2020. En attendant, Tesla offre à son personnel un service de voiturier pour ne pas perdre de temps à chercher un place de parking. - Johannes Eisele - AFP

En cinq ans, l’effectif de Tesla en Californie est passé de 899 à 14.000 personnes dont une grande majorité se rend au travail en voiture. Les parkings n'étant pas assez grands, Elon Musk, le PDG du groupe, a embauché des voituriers qui gare les véhicules en dehors du site.

Elon Musk n'est toujours pas parvenu à faire de Tesla une entreprise rentable mais, une chose est sûre: le pionnier américain de la voiture électrique est devenu un géant. Et son patron a désormais des difficultés à gérer les effectifs de ses huit usines californiennes. Entre 2010 et 2015, le nombre de salariés a été multiplié par 15, passant de 899 à 14.000. Et ce n’est pas fini. Actuellement, 1.600 postes sont toujours à pourvoir et, d’ici quatre ans, Tesla compte encore recruter 4.500 personnes.

Le groupe doit accueillir chaque jour ses équipes et le premier obstacle est de leur permettre de se rendre sur leur lieu de travail avec leur véhicule et de s’y garer. Problème, les parkings sont saturés. Pour trouver une place, les salariés doivent arriver tôt ce qui ne les empêche pas de perdre du temps à trouver une place.

Une solution transitoire en attendant la Gigafactory

Mais Elon Musk n’est jamais à cours d’idée. Au siège de Tesla, à Palo Alto, le dirigeant a donc décidé de faciliter le stationnement de ses collaborateurs en s'appuyant sur le savoir-faire de voituriers. Leur mission: garer les véhicules dont on leur remet les clés dans des parkings privés. Tesla a fait appel aux deux leaders américains du secteur, Luxe Valet et Zirx qui croûlent sous la demande dans la Silicon Valley. Ce service coûte entre 200 et 300 dollars par mois et par salarié.

Mais ce n’est qu’une solution transitoire. Pour régler le problème, le groupe a lancé la construction d’une usine plus grande, et c'est peu dire. La Gigafactory sera même le bâtiment le plus important de la planète en volume. Il s’étendra sur plus de 10 kilomètres carrés, soit trois fois la superficie de Central Park. Mais ce site ne sera prêt qu’en 2020. Les contrats signés avec les voituriers devraient donc encore durer au moins cinq années.