BFM Business

LendingClub supprime 13% de ses effectifs

La plateforme de prêts subit un important recul d'activité depuis quelques mois.

La plateforme de prêts subit un important recul d'activité depuis quelques mois. - Flickr cc - Jeremy Vohwinkle

L’activité de la plateforme de prêts entre particuliers a fortement ralentie au deuxième trimestre 2016. 179 postes vont disparaître au sein de cette société américaine fondée par le Français Renaud Laplanche, débarqué en mai.

En pleine crise de confiance, la plateforme de prêts en ligne LendingClub sabre dans ses effectifs. La société américaine a annoncé mardi la suppression de 13% de son personnel. Cela représente 179 emplois, sur les 1.382 personnes qu'employait LendingClub fin décembre. Ce plan social a été décidé en raison d'un fort ralentissement de l'activité de prêts au deuxième trimestre de l'année en cours, conséquence de la défiance des investisseurs.

Précisément, le volume des prêts octroyés sur la plateforme devrait chuter de plus d'un tiers au deuxième trimestre comparé au premier trimestre, a fait savoir ce 28 juin la start-up californienne.

Scott Sanborn confirmé au poste de DG

"Restaurer la confiance totale des investisseurs (en LendingClub) prendra du temps", a souligné Hans Morris, conforté mardi président du conseil d'administration du groupe.

Début mai, le fondateur de la société, Renaud Laplanche, avait été contraint à un départ surprise. Depuis Scott Sanborn assurait la fonction de directeur général par intérim. Il vient d'être confirmé au poste.

"Avec les annonces de ce jour et Scott aux commandes, LendingClub est maintenant en position de repartir de l'avant", veut croire Hans Morris. Mais depuis l'éclatement de l'affaire Laplanche, le titre LendingClub a perdu plus de 40% de sa valeur en Bourse. 

Figure emblématique du secteur des prêts en ligne aux Etats-Unis, Renaud Laplanche, 46 ans, a fondé la start-up en 2007 et l'a fait entrer en Bourse en fanfare sept ans plus tard.

Conflit d'intérêt avéré

Il était accusé de conflit d'intérêt parce qu'il n'aurait pas révélé au conseil d'administration un investissement personnel dans un fonds dont LendingClub a racheté cette année une part de 15% suivant sa recommandation. Une enquête interne a aussi révélé des contrôles internes insuffisants. Ce mardi, LendingClub a en outre dévoilé qu'une trentaine de prêts avaient été octroyés par Renaud Laplanche et sa famille en 2009 pour booster le volume de crédits émis sur la plateforme.

Au-delà de LendingClub, l'affaire Laplanche a éclaboussé l'ensemble du secteur et relancé les doutes entourant les plateformes de prêts en ligne qui ont fleuri après la crise de 2008, mais dont le modèle économique a été jusque-là peu testé.

Le retournement de la croissance et la volatilité des marchés ont changé la donne et conduit de nombreux experts à s'interroger sur la fiabilité des données fournies par le secteur.

A.R. avec AFP