BFM Business

Le retour sur investissement du big data reste difficile à estimer

Trois quarts des grandes entreprises interrogées par le cabinet Gartner affirme qu'elles investiront dans le big data au cours des deux prochaines années.

Trois quarts des grandes entreprises interrogées par le cabinet Gartner affirme qu'elles investiront dans le big data au cours des deux prochaines années. - Pixabay

Beaucoup d’entreprises ont des projets de big data en cours ou à l’étude. Mais très peu arrivent à en mesurer le retour sur investissement.

Depuis deux ans, les discours autour du big data se sont intensifiés. L'analyse massive de données permet d'optimiser les processus internes des entreprises, accélère leur innovation, améliore la relation client, les campagnes marketing, la gestion des ressources humaines… Le cabinet Gartner affirme même dans un sondage réalisé en juin 2015 que trois quarts des grandes entreprises ont prévu d'investir dans le big data au cours des deux prochaines années. Il s’agit d’investissements en infrastructures matérielles et logicielles, en ressources humaines internes ou externes ou encore en achat de services. Si la majorité des entreprises s’attend à un retour sur investissement positif, sans toutefois être en mesure de le quantifier, 43% de celles projetant de se lancer dans un projet de gestion des mégadonnées, et 38% des sociétés ayant déjà franchi le cap sont incapables d’estimer le retour sur investissement. Pire, Gartner prédit qu’à court terme la majorité des projets big data seront des échecs.

Identifier les cas d’usages reste le principal défi

Une autre étude réalisée par Teradata, Forbes Insights et Mckinsey détaille davantage les raisons pour lesquelles les entreprises ont tant de mal à définir ce fameux ROI. Il apparait en effet que seules 37% des entreprises interrogées ont identifié des cas d’application, quand presque la moitié n’ont pas été en mesure de le faire. Le rapport souligne que le marché se focalise encore trop sur la technologie; et qu’il en oublie les défis business à relever. Certaines entreprises tirent toutefois d’ores et déjà profit du big data. Plus d’un quart de celles ayant des projets en place ont mesuré une hausse de leur chiffre d’affaires de plus de 3% et, pour près d’un tiers, une hausse comprise entre et 1% et 3%. Reste à savoir si ces progressions justifient les investissements consentis.

Eddye Dibar