BFM Business

Le raz-de-marée Netflix envahit le réseau Internet aux Etats-Unis

Netflix revendique plus de 40 millions d'abonnés aux Etats-Unis

Netflix revendique plus de 40 millions d'abonnés aux Etats-Unis - Justin Sullivan-Getty Images North America-AFP

La consultation des vidéos sur Netflix atteint 37% du trafic Internet aux Etats-Unis aux heures de pointe, contre 34% six mois plus tôt. La VoD submergera t-elle le réseau des réseaux ?

La vidéo en ligne va-t-elle saturer Internet ? La part de Netflix dans le trafic Internet est en train d'exploser en sollicitant énormément les réseaux de télécoms qui acheminent ces flux vidéos jusqu'aux abonnés.

Fort de plus de 40 millions d'abonnés aux Etats-Unis, le service de vidéo en streaming représente désormais à lui seul 36,5% de toute la bande passante télécoms consommée par les utilisateurs nord-américains sur le Web en prime-time, selon le cabinet canadien Sandvine.

Ce dernier avait estimé précédemment le poids de Netflix à 34,9% de tout le trafic Internet outre-Atlantique. Rien que sur le premier trimestre 2015, le service de vidéo à la demande a encore gagné 2,3 millions de nouveaux abonnés aux Etats-Unis.

Ces statistiques de progression impressionnantes illustrent le virage pris par les usages de consommation de la télévision outre-Atlantique.

Plus de la moitié des Américains regardent désormais des films ou des programmes télévisés en streaming, selon une étude récente du cabinet Deloitte.

Le poids de Netflix au coeur du débat sur la neutralité du Net

Ce cabinet d'études a calculé que les programmes télévisés ne sont plus regardés en direct, à l'heure où les chaînes les ont mis sur leur grille, que 45% du temps aux Etats-Unis. 

Le succès de Netflix pose surtout un véritable défi aux opérateurs télécoms et aux câblo-opérateurs, obligés d'écouler l'explosion du trafic lié à la consultation de ces vidéos à la demande, sur leurs réseaux.

Certains opérateurs (comme Comcast) ont même contraint Netflix à payer pour des liaisons télécoms très haut débit reliées à son infrastructure qui fluidifient le trafic vidéo afin d'assurer une meilleure qualité de visionnage à ses millions d'abonnés.

Le poids pris par Netflix est au coeur du débat, très vif outre-Atlantique, sur la neutralité du Net. Il oppose les producteurs de contenus (Netflix, Google, Amazon) aux opérateurs télécoms. Les seconds veulent faire payer les premiers pour qu'ils contribuent aux infrastructures nécessaires pour que leurs contenus soient correctement acheminés jusqu'aux abonnés.

Frédéric bergé