BFM Business

Le marché de l’internet des objets va tripler d'ici 2020

Sur ce terrain, Google et Samsung ne sont pas seuls. Avec des marques comme Withings, les Français ne sont pas en reste.

Sur ce terrain, Google et Samsung ne sont pas seuls. Avec des marques comme Withings, les Français ne sont pas en reste. - Robyn Beck - AFP

Selon une étude d’IDC, le monde des objets connectés à l’internet va exploser dans les cinq prochaines années. Evalué à 655 milliards de dollars en 2014, il devrait atteindre 1.700 milliards en 2020.

Le marché mondial de l'"internet des objets" devrait pratiquement tripler d'ici 2020 pour atteindre 1.700 milliards de dollars (1.525 milliards d'euros), estime le cabinet d'études spécialisé International Data Corp (IDC). 

Il définit l'internet des objets comme "un réseau de réseaux de points uniques identifiables (ou 'objets') qui communiquent sans interaction humaine en utilisant la connectivité IP". Cette définition exclut donc les smartphones, tablettes et ordinateurs individuels. 

La valeur de ce marché, estimé à 655,8 milliards de dollars en 2014, devrait croître en moyenne de 16,9% par an sur la période, explique l'étude. 

Des opportunités pour les entreprises et le secteur public

"Les objets portables représentent la face grand public de l'internet des objets", explique Vernon Turner, vice-président senior d'IDC, dans un communiqué, ajoutant que "la véritable opportunité demeure dans les marchés de l'entreprise et du secteur public". 

Plusieurs grands groupes de hautes technologies et de services internet, comme Google, Intel ou Cisco Systems, et des opérateurs de télécommunications tels que Vodafone ou Verizon misent déjà sur l'internet des objets comme relais de croissance pour l'avenir.

Intel a ainsi annoncé en février le rachat du fabricant allemand de semi-conducteurs Lantiq pour se renforcer sur ce marché. 

Google a quant à lui déboursé 3,2 milliards de dollars en 2014 pour prendre le contrôle de Nest, un fabricant de thermostats et d'alarmes connectés, et Samsung a racheté l'éditeur de logiciels spécialisé américain SmartThings, pour 200 millions.

P.S. avec Reuters