BFM Business

Le Maire: l'installation d'une usine Huawei en France "ne modifie pas d'un iota la position du gouvernement"

Alors que l'équipementier chinois a annoncé l'installation d'une usine en France, le ministre de l'Economie a assuré que cela ne changerait pas la position prudente de l'exécutif vis-à-vis de Huawei.

Chantage à l'emploi? Huawei a annoncé, la semaine dernière, l'installation d'une usine en France sur un site qui soit encore être déterminé. Un investissement d'au moins 200 millions d'euros, qui devrait permettre la création de 500 emplois.

Cette bonne nouvelle ne changera pas, pour autant, la position du gouvernement sur le controversé géant des télécoms chinois, accusé par les Etats-Unis d'espionner.

"Personne, et certainement pas moi, ne cède à quelque chantage que ce soit" assure le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire sur le plateau de Good Morning Business, ce mercredi.

"Pas de discriminations"

"Il y a une position qui a été prise sur la 5G" rappelle-t-il. "Nous ne faisons pas de discriminations vis-à-vis de quel qu'entreprise que ce soit, ni chinoise ni américaine. Simplement, nous veillons à nos intérêts de sécurité, à nos intérêts stratégiques." Et de marteler : "ça ne modifie pas d'un iota la position du gouvernement français sur la 5G."

Pour rappel, la France a donné sa préférence pour les groupes européens Nokia et Ericsson pour le déploiement de la 5G en France. Pour autant, l'exécutif a toujours refusé d'exclure Huawei, laissant libre le choix des opérateurs. Orange a d'ores et déjà exclu de recourir au géant chinois, tout en regrettant sa mise au ban. De son côté, Free a opté pour Nokia. Enfin, Bouygues Télécom et SFR, partenaires historiques de Huawei, ne se sont pas encore prononcés.

Thomas Leroy