BFM Business

Le Digital Data Center, moteur des services managés de l’ère digitale

-

- - -

Quand une entreprise signe un contrat de services d’infrastructure, elle s’assure en général que son prestataire dispose des ressources appropriées pour tenir les SLA. Or, la plupart des entreprises sont désormais engagées dans une transformation digitale qui implique de nouvelles exigences. Une approche intégrée et industrialisée peut réellement leur garantir les niveaux de services attendus, et ainsi libérer leur potentiel de transformation : le Digital Data Center (DDC).

Enjeu prioritaire du moment, la transformation digitale touche toutes les entreprises, car, quel que soit leur secteur, toutes sont confrontées aux mêmes mutations structurelles : des consommateurs surinformés et toujours plus exigeants, de nouveaux entrants innovants et agressifs, des risques grandissants, une économie atone… La technologie est le levier par lequel l’entreprise va pouvoir s’adapter à ce nouveau monde en se réinventant selon quatre axes clés : ses business models, l’expérience client, l’excellence opérationnelle, et la sécurité/conformité. Mais pour y parvenir, le socle sur lequel seront développées les applications devra offrir des niveaux inédits de flexibilité, de disponibilité, de performance et de sécurité. Et ce, pour un coût maîtrisé.

Plus concrètement, cela signifie de la part du prestataire de services qu’il soit en mesure d’automatiser et d’industrialiser des plateformes agiles, élastiques et robustes, de bâtir et d’orchestrer des clouds privés ou hybrides en ayant une maîtrise de bout en bout des services et une vision globale de l’écosystème de fournisseurs, et d’offrir une couche d’abstraction permettant de masquer la complexité sous-jacente pour faciliter la tâche des développeurs.

Avec la virtualisation de toutes les couches d’infrastructure (serveur, stockage, réseaux, sécurité), le Digital Data Center permet de bâtir un Data Center complètement orienté logiciel, adapté aux exigences de la transformation digitale. Dimensionnés et tarifés en fonction des niveaux de services sollicités par les métiers, les services sont proposés dans un catalogue de services, lequel accède aux ressources via une API standard (REST) de façon à les provisionner automatiquement et à mettre simultanément à jour les référentiels et l’outillage de gestion associés (CMDB, supervision…). L’utilisateur peut ainsi gérer lui-même ses demandes de ressources, ce qui permet notamment de créer des applications développées nativement pour le Cloud à l’aide de processus et de modèles de type DevOps.

En découplant les objectifs et les moyens, le DDC proposé par Atos permet à l’entreprise de se transformer à son rythme et en toute confiance. En apportant une solution globale, avec des briques d’infrastructure à l’état de l’art, une exploitation industrialisée pour optimiser conjointement les coûts et les niveaux de services, et des services d’accompagnement à forte valeur ajoutée, Atos entend épauler activement l’entreprise dans sa transformation digitale.

En savoir plus :

Digital Data Center

Rani Halimi, CTO Managed Services France, Atos