BFM Business

Le bon coup de pouce d'Amazon aux start-up françaises

Le programme Launchpad, lancé en France, existe depuis près d'un an aux États-Unis, depuis la fin 2015 au Royaume-Uni et depuis avril 2016, en Allemagne

Le programme Launchpad, lancé en France, existe depuis près d'un an aux États-Unis, depuis la fin 2015 au Royaume-Uni et depuis avril 2016, en Allemagne - Leon Neal-AFP

Le géant de l'e-commerce lance en France une palette de services pour les start-up. Elles pourront s'appuyer sur sa logistique pour leurs produits, qui bénéficieront également d'une visibilité accrue sur son portail marchand.

Amazon propose aux start-up françaises ce qu'il a déjà lancé pour leurs homologues américaines, allemandes et anglaises. Le géant de l'e-commerce lance un programme baptisé Launchpad, consistant en une palette de services à destination des start-up de l'hexagone. Il s'agit de leur donner un coup de pouce en leur donnant une meilleure visibilité sur Internet, avec un espace dédié sur les espaces de vente en ligne d'Amazon ainsi qu'une assistance logistique, un de ses points forts historiques.

"C'est un programme qui existe depuis près d'un an aux États-Unis, que nous avons lancé en fin d'année dernière au Royaume-Uni puis en avril en Allemagne et que nous étendons désormais à la France", explique Patrick Labarre, le directeur France d'Amazon Seller Services.

Des fonds ou des incubateurs trient parmi les start-up candidates

La sélection des jeunes entreprises candidate au programme Launchpad, passe par des sociétés de financement et d'accompagnement des start-up. Les incubateurs, accélérateurs et autres sociétés de financement participatif, peuvent proposer Launchpad aux jeunes pousses qu'ils aident par ailleurs au démarrage.

Les start-up ainsi sélectionnées doivent ensuite s'inscrire sur le site d'Amazon et payeront une commission supplémentaire sur les ventes des produits mis en ligne, afin de financer le programme

Pour l'heure, une quarantaine d'entreprises sont présentes sur Launchpad à son lancement mais d'autres devraient le rejoindre rapidement, assure Patrick Labarre, qui précise qu'Amazon ne s'est pas donné d'objectif chiffré. Parmi ses sociétés, figurent le haut-parleur connecté d'Invoxia ou le système d'impression instantanée de photo depuis un smartphone de Prynt.

F.Bergé avec AFP