BFM Business

Le big data au coeur des services de la ville intelligente

Dératisation, qualité de l’air, criminalité… les mégadonnées sont largement mises à profit dans la ville de Chicago.

Dératisation, qualité de l’air, criminalité… les mégadonnées sont largement mises à profit dans la ville de Chicago. - Pixabay

Alors que la population urbaine ne cesse d’augmenter, les cas d’usages du big data ayant pour but d’améliorer les services aux habitants se multiplient.

Services, hygiène, énergie, ressources, sécurité… les applications de l’Internet des objets au sein des villes sont nombreuses et se multiplient sous l’impulsion du nécessaire développement durable. Pour preuve, la société d’études Report Buyer estime que le marché mondial des villes intelligentes passera de 386 milliards de dollars en 2014 à 1 386 milliards de dollars en 2020.

Outre l’installation de capteurs sur les infrastructures, c’est surtout le volume et la capacité de traitement des données collectées qui permet d’optimiser les services rendus aux citoyens.

De la chasse aux rats…

Ainsi, pour lutter contre la prolifération des rats, la ville de Chicago aux Etats-Unis, analyse l’équivalent d’une douzaine d’années de données collectées, depuis les plaintes des habitants en passant par les sites où les poubelles débordent ou encore les restaurants où ont été enregistrées des intoxications alimentaires. Au total, l’algorithme de la ville prend en compte 31 variables. Résultat, le service de dératisation anticipe l’arrivée des rongeurs sur un site jusqu’à sept jours à l’avance.

… au désengorgement des transports en commun

A plus grande échelle, la Chine mise sur le big data pour désengorger ses métros bondés et améliorer l’intermodalité dans ses villes. Combinées aux prévisions de croissance de la population urbaine d’ici à 2025, les données liées à l’usage du métro (nombre de passagers, fréquentation des gares, durée du trajet domicile-travail, planning de maintenance des infrastructures…) et celles de la circulation routière, permettront d’optimiser la construction des 94 lignes de métro à venir.

De plus, le gouvernement chinois espère réduire l’utilisation de véhicules personnels et développer de nouveaux services de transport. D’ailleurs, en septembre dernier, le pôle de compétitivité Systematic Paris-Region a organisé une mission en Chine au cours de laquelle 7 PME françaises spécialisées dans le big data et le décisionnel appliqués à la ville intelligente ont pu démontrer leur savoir-faire.

Eddye Dibar