BFM Business

La tension monte entre Orange et Free

Orange menace de suspendre l'accord qui permet à Free d'utiliser son réseau. (Photo : Orange)

Orange menace de suspendre l'accord qui permet à Free d'utiliser son réseau. (Photo : Orange) - -

Un porte-parole d'Orange a menacé ce week-end de suspendre l'accord d’itinérance qui permet aujourd'hui à Free d'exister. Mais l’opérateur n’a pas l’intention de dénoncer le contrat et de se priver d’un revenu d’1,5 milliard par an.

Orange a adressé un rappel à l’ordre à Free, qui a conclu un accord d’itinérance avec lui. Si de nouveaux incidents sur son réseau devaient à nouveau avoir des retombées sur la qualité de service d’Orange, l’opérateur se dit prêt à suspendre l’accord.

Mais les menaces d’Orange s’adresseraient en réalité à ses propres clients : il s'agit avant tout de les rassurer !

"Des clients sont inquiets, nous dit Orange, à cause des incidents intervenus la semaine dernière". Pour la première fois, une grosse panne de Free a eu des conséquences sur certains abonnés Orange, qui ont vu leur ligne perturbée pendant quelques minutes.

Un signal adressé au marché

Les ingénieurs de France Télécom ont réglé le problème très rapidement, mais la question se pose désormais ouvertement : Free peut-il mettre momentanément en péril le réseau Orange? La réponse de l'opérateur historique est sans ambiguïté : a priori non. Mais si tel devait être le cas, alors Orange suspendra l'accord d'itinérance, une disposition qui est prévue dans le contrat souscrit entre les deux opérateurs.

Annuler ou casser l’accord, il n’en est pas question. Orange ne peut se priver de ce contrat qui va lui rapporter plus d'1,5 milliard d'euros. Une rentrée d’argent qui pourra compenser les pertes de revenus provoqués par l’hémorragie de clients provoquée par l’arrivée de Free.

Cette menace tient donc davantage lieu de campagne de communication, pour rassurer les clients d’Orange et calmer les salariés en interne. Mais elle est aussi destinée à envoyer à l'ensemble du secteur un signal de tension. A un moment bien précis, puisque les autorités de la concurrence regardent de très près les conditions de l'entente entre Orange et Free.

Simon Tenenbaum et BFMbusiness.com