BFM Business

La première voiture autonome française testée à Bordeaux

Les premières expériences françaises auront lieu en octobre à Bordeaux lors de l’ITS (transports et services intelligents), un congrès mondial dédié à la voiture du futur.

Les premières expériences françaises auront lieu en octobre à Bordeaux lors de l’ITS (transports et services intelligents), un congrès mondial dédié à la voiture du futur. - Philippe Desmazes (AFP)

Dans la course à la voiture autonome, la France n’est ni en avance, ni en retard. Les premiers tests auront lieu sur les routes de l'agglomération bordelaise en octobre prochain.

La voiture du future, qu’elle soit autonome ou très automatisée, est un enjeu mondial pour l’économie et l’industrie. Alors qu’aux États-Unis, Google multiplie les tests sur route, l’Europe n’est pas en reste.

L’Allemagne vient d’annoncer que les siens démarreront cette année sur une portion de l’autoroute Berlin-Munich. Aux Pays-Bas, la réglementation va être modifiée cet été pour lancer des essais sur voies publiques.

La France va-t-elle pouvoir en faire autant ? Oui, nous a répondu Thierry Le Hay, responsable innovation chez PSA, lors de l’émission Tech&Co (#techco) sur BFM Business. Les premières expériences auront lieu en octobre à Bordeaux lors de l’ITS (transports et services intelligents), un congrès mondial dédié à la voiture du futur

Sur route, mais avec des pilotes professionnels

"En France, des groupes de travail, qui mêlent public et privé, réfléchissent aussi à une nouvelle réglementation adaptée à ces évolutions. Mais l’industrie avance vite, confirme Thierry Le Hay. Comme le plan Nouvelle France industrielle le prévoyait, nous allons donc démarrer cette année les expérimentations sur routes."

Ce dernier précise tout de même que "ces essais se feront avec un pilote professionnel capable de rattraper une situation en cas de problème." Quant aux voitures, elles seront identifiées soit avec une immatriculation spécifique ou un signe distinctif qui permettra de les repérer et de les remarquer.

A en croire PSA, les premiers véhicules seront prêts pour 2020. Mais les réglementations auront-elles évolué d’ici là ? Thierry Le Hay est confiant. Un travail est actuellement mené pour faire évoluer la réglementation et la convention de Vienne qui définit la législation routière en Europe. Déjà, un amendement vient de passer pour permettre de ne plus tenir le volant dans certains cas d’automatisation. "Il ne reste plus qu’à le ratifier".

Pascal Samama