BFM Business

La Poste convertit votre boîte aux lettres à l'expédition de colis

La Poste lance l'envoi de colis déposés dans les boîtes aux lettres normalisées après leur affranchissement en ligne. Un exemple de service numérique que l'entreprise publique déploie pour compenser la baisse du courrier.

Plus besoin de se déplacer pour faire partir un colis ou retourner un achat sur Internet ? C'est la volonté de La Poste qui déploie un service qu'elle a testé permettant l'envoi de paquets en les déposant dans sa boîte aux lettres où ils seront récupérés par le facteur.

"Vos boîtes aux lettres vous appartiennent, à vous de les remplir si vous avez des objets à envoyer", a lancé le PDG de La Poste, Philippe Wahl, qui présentait le 7 octobre la stratégie numérique de l'entreprise publique. Ce service est réservé aux boîtes aux lettres normalisées (26 cm x 26 cm x 34 cm).

Il vous faudra préalablement affranchir ce paquet sur Internet en Colissimo avant 23H00, puis imprimer l'étiquette et la coller sur le colis, lequel devra être déposé dans la boîte aux lettres avant 08H00, le lendemain matin.

Le facteur récupère le colis et l'enregistre sur son smartphone

Avisé sur son smartphone Factéo dont il est désormais équipé, le facteur le récupèrera dans la boîte et laissera un avis de prise en charge en flashant l'étiquette. Vous serez ainsi prévenu sur Internet par email de sa prise en charge puis de sa livraison au destinataire ou via votre compte client La Poste.

"Ce service a déjà été testé auprès de nos clients. Environ 210.000 colis ont été expédiés par ce moyen" a expliqué Philippe Dorge, directeur général adjoint de la branche Colis et Courrier à La Poste. L'entreprise revendique l'acheminement de deux colis sur trois en France.

La Poste investira 550 millions d'euros dans la numérique

Le principe du dépôt est le même pour retourner un paquet acheté en ligne mais que le client souhaite retourner au site marchand : il faut faire une demande de retour auprès du site marchand, puis imprimer l'étiquette, etc.

Portée par l'essor de l'e-commerce, l'activité de transport de colis croît, tandis que le volume du courrier traditionnel recule d'environ 6% par an, laminé par les e-mails et les factures électroniques, sans parler de l'e-administration.

La Poste a entrepris de réagir face au recul de son principal marché traditionnel en investissant dans la numérisation des services postaux.

Le groupe entend investir 1 milliard d'euros dans sa transformation numérique sur trois ans, dont 550 millions pour des investissements et 450 millions pour la formation des postiers -facteurs et guichetiers vont en particulier recevoir des smartphones leur permettant d'interagir avec la clientèle.

La Banque Postale veut utiliser la voix pour authentifier les paiements en ligne

La Banque Postale prévoit de lancer pour la première fois en France un système de paiement en ligne sécurisé via la reconnaissance vocale de l'utilisateur. Ce service, qui doit être validé par la CNIL car il utilise la biométrie, serait proposé via "LBP Pay", un outil qui génère déjà des cryptogrammes à trois chiffres à utilisation unique pour éviter le vol des données des cartes bancaires lors des transactions sur internet.

Afin de valider la transaction, un appel sera déclenché sur le téléphone du client afin d'authentifier sa voix. "Ma voix, c'est mon mot de passe, c'est tellement simple qu'ils en redemandent", ajoute Aurélien Lachaud, directeur du développement des marchés de paiement, qui dit avoir des taux de retour positifs sur la simplicité d'usage de l'ordre de 95%.

Ce service de reconnaissance vocale a nécessité environ trois années de mise au point et de tests.

Frédéric Bergé