BFM Business

La France implantera le premier cœur artificiel

Le coeur artificiel de Carmat va être implanté pour la première mondiale sur des patients en France.

Le coeur artificiel de Carmat va être implanté pour la première mondiale sur des patients en France. - -

L'Agence nationale de sécurité du médicament a donné son accord, ce mardi 24 septembre, au fabricant de prothèses Carmat pour qu'il implante son prototype de cœur artificiel sur des patients en France.

Le cœur artificiel de Carmat battra pour la première fois en France. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a autorisé, ce mardi 24 septembre, le fabricant de prothèse à tester son prototype sur le territoire français. Après 20 ans de recherche, Carmat pourra implanter son cœur artificiel à quatre patients volontaires qui ne bénéficient d'aucune alternative thérapeutique.

"Une très belle histoire", s'est enthousiasmé Philippe Pouletty, co-fondateur de Carmat, ce mardi sur BFM Business. Il s’agit, ni plus ni moins, de trouver la solution cardiaque ultime, la prothèse parfaite, qui vit à votre rythme, accélère quand vous accélérez, dort quand vous dormez, adapte son rythme en fonction de vos émotions. Un outil technologique né d'un rêve d’ingénieur: c’est Jean-Luc Lagardère, il y a 25 ans qui avait avancé les premiers fonds, avant que le médecin investisseur Philippe Pouletty ne prenne le relais.

L'innovation de rupture, futur économique de la France

Cette innovation française a par ailleurs failli ne pas entamer son développement dans l'Hexagone. Des hôpitaux en Pologne ou en Arabie saoudite avaient en effet donné leur accord pour une expérimentation, avant que l'ANSM ne rende finalement le sien. Il y a "encore quelques étapes" à franchir, et d'autres implantations sont prévues "chez des malades qui en ont besoin dans d'autres pays", mais le représentant du fabricant de prothèses se félicite que "cette aventure française se poursuive en France".

L'autre performance, économique celle-là, du projet, est que la recherche fondamentale a été financée par le marché. Carmat est une aventure cotée, un modèle de recherche "à l'américaine", que la France aussi est capable de suivre. A condition qu'elle recherche "l'innovation de rupture", estime Philippe Pouletty.

Son leitmotiv: "Il faut cesser de vouloir voir le point d'aboutissement, dès le départ du projet, pour se lancer dans une expérimentation. L'ambition, les produits du futur qui n'ont pas encore de nom, c'est cela l'économie française de demain!"

Laurent Mimouni et BFMbusiness