BFM Business

La Chine prête à sanctionner Nokia et Ericsson si Huawei est exclu de l'Europe

Ericsson va payer plus d'un milliard de dollars d'amende pour malversation

Ericsson va payer plus d'un milliard de dollars d'amende pour malversation - JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Selon les informations du Wall Street Journal, Pékin réfléchit à des représailles contre les deux groupes européens alors que le géant chinois Huawei voit les portes européennes se refermer les unes après les autres.

La tension monte d'un cran entre la Chine et l'Europe. La cause : l'éternel débat autour de l'équipementier chinois Huawei, cible de choix de Donald Trump et mis de côté par plusieurs européens dans le cadre du déploiement de la 5G. Alors que Londres a officiellement écarté le groupe, dans un contexte déjà tendu entre la Chine et le Royaume-Uni, Pékin serait prêt à lancer des représailles si le géant chinois devait être tout bonnement exclu de l'Europe.

En l'occurrence, les deux européens Nokia et Ericsson, concurrents de Huawei, sont dans le ligne de mire, selon les informations du Wall Street Journal. La Chine pourrait ainsi limiter voire bloquer leurs exportations depuis la Chine.

Nokia et Ericsson restent vigilants 

En janvier dernier, l'Europe s'est mise d'accord sur une position commune : pas d'interdiction mais des "règles strictes" vis-à-vis de Huawei. "Il ne s'agit pas d'être discriminant, il s'agit tout simplement de fixer des règles. Elles seront strictes, elles seront exigeantes et évidemment on accueillera en Europe tous les opérateurs qui voudront bien les appliquer", avait expliqué Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur.

Cette position a permis d'éviter de contrarier les Chinois même si, dans les faits, cela permet aussi de privilégier les concurrents européens. De son côté, les Etats-Unis de Donald Trump sont en guerre ouverte contre Huawei qu'ils accusent d'espionnage.

Des sanctions contre Nokia et Ericsson ne seraient pas indolores pour les deux groupes qui emploient des milliers de personnes en Chine. Toujours selon le Wall Street Journal, Nokia réfléchirait déjà à un plan B pour déplacer en urgence sa chaîne d'approvisionnement actuellement en Chine. Ces menaces pourraient d'ailleurs convaincre les deux groupes de ramener leur production en Europe ou de l'externaliser ailleurs en Aise.

TL, avec AFP