BFM Business

La 4G ne serait pas la poule aux oeufs d'or pour les opérateurs

Les opérateurs français pourraient bien être déçus par la 4G, sur laquelle ils ont pourtant beaucoup misé.

Les opérateurs français pourraient bien être déçus par la 4G, sur laquelle ils ont pourtant beaucoup misé. - -

Le très haut débit mobile, source de nombreux espoirs pour les opérateurs français, pourrait s'avérer peu rentable. C'est ce que montre une étude diffusée mercredi 13 mars.

La 4G n'est peut-être pas la poule aux oeufs d'or que les opérateurs attendaient. C'est ce que montre une étude d'Exane et Arthur D Little, dévoilée par les Echos, mercredi 13 mars.

Orange, SFR et Bouygues comptent beaucoup sur le très haut débit mobile pour regonfler leur chiffre d'affaires. Cette technologie doit leur permettre de créer une 1ere classe des télécoms, des forfaits plus chers censés compenser la baisse chronique de leur chiffre d'affaires.

Mais les analystes sont moins optimistes: selon l'étude d'Exane, pour les opérateurs européens, le revenu "data" moyen augmenterait d'à peine deux euros entre un forfait 3G et un forfait 4G.

Un bilan contrasté à l'étranger

En fait, l'augmentation des prix pourrait n'être que temporaire: une autre étude montre qu'en Suède par exemple, où les offres commerciales sont disponibles depuis un moment, les prix ont déjà été revus à la baisse.

Dans les pays pionniers, les expériences sont contrastées. Aux Etats-Unis, la 4G est un vrai succès pour Verizon, dont le chiffre d'affaires explose. De quoi faire saliver les opérateurs français.

Mais si l'on regarde du côté de la Corée du sud, pays le plus connecté du monde, ce n'est pas la même chanson: il y a quelques semaines, l'opérateur SK telecom mettait en garde ses homologues européens: "le trafic augmente, mais le chiffre d'affaires ne suit pas forcément". Pour cet opérateur, le revenu moyen a augmenté de 10 euros environ. Mais même ainsi, cela ne compense pas les investissements nécessaires pour déployer un réseau 4g.

Anthony Morel