BFM Business

L'irrésistible ascension du streaming de musique

Après les téléchargements, c'est au tour du streaming musical d'avoir dépassé les ventes de CD, aux Etats-Unis

Après les téléchargements, c'est au tour du streaming musical d'avoir dépassé les ventes de CD, aux Etats-Unis - AFP Jonathan Nackstrand

Aux Etats-Unis, les ventes de CD ont été dépassées en 2014 par les revenus des sites de musique en streaming. Ceux-ci continuent d'innover, tel Deezer avec le son HD.

Les consommateurs plébiscitent les services de streaming, diffusant de la musique (sans téléchargement). Pour la première fois aux Etats-Unis, les ventes de CD en valeur (1,85 milliard de dollars) ont été légèrement distancées l'an dernier par le chiffre d'affaires des sites de musique en streaming (1,87 milliard de dollars). Ces chiffres sont issus de l'association Recording Industry Association of America (RIAA) qui défend les intérêts du secteur aux Etats-Unis.

L'offre de streaming musical regroupe les services sur abonnement (tels Spotify), les radios diffusant de la musique sur Internet (Pandora) ou les services de diffusion gratuite comme You Tube ou Vevo (via les recettes publicitaires).

Tous ces services de streaming ont progressé de 29% en un an aux Etats-Unis, tandis que les ventes de CD ont baissé de 12,7%, d'où le croisement des deux courbes de vente en 2014.

Le streaming pourrait rattraper, en revenu, le téléchargement

Le succès continu de ces services fait de plus en plus de l'ombre au téléchargement de musique, dont les revenus ont baissé de 8,7%, totalisant 2,58 milliards de dollars en 2014. "L'écart entre les revenus issus du téléchargement et ceux provenant du streaming s'est considérablement réduit" note le rapport de l'association RIAA.

Ces statistiques de vente venues des Etats-Unis corroborent celles compilées par le SNEP (syndicat national de l'édition phonographique en France. En 2014, la forte croissance des revenus du streaming (+34%) a permis de compenser la baisse des revenus du téléchargement à l’acte. Le streaming est même devenu le premier revenu du marché numérique (55%) (soit +12 points par rapport à 2013) et représentait désormais 16% des revenus totaux du marché français. Avec près de 11 millions de streamers (hors streaming vidéo), c’est 16% de la population française qui aurait déjà basculé.

Des artistes mécontents des droits d'auteur issus du streaming

Ce succès s'explique aussi par les efforts effectués par les spécialistes du streaming pour améliorer la qualité d'écoute musicale. Deezer, un des pionniers du domaine, vient de lancer en France, son offre de son haute résolution en partenariat avec le fabricant d'enceintes Sonos, avec lequel il avait fait son entrée sur le marché américain en septembre 2014. Deezer proposait jusqu'à présent en France de la musique en streaming en format MP3, qui ne restitue pas toutes les nuances des morceaux écoutés sur CD.

Mais, l'essor du streaming ne fait pas que des heureux: nombre de musiciens et chanteurs estiment que les droits d'auteur qui leurs sont reversés par les sites de streaming sont dérisoires. Parmi eux, la toute jeune chanteuse pop Taylor Swift a retiré la totalité de son répertoire de Spotify, le numéro un mondial du streaming. De même, l'Islandaise Björk refuse de proposer son dernier album "Vulnicura" en streaming.

Frédéric Bergé