BFM Business

L'iPhone X, un produit pour riches? Pas pour Tim Cook, qui tente de se justifier

-

- - ABC News

Interrogé sur le prix de l'iPhone X, le patron d'Apple juge que celui-ci n'a rien d'excessif, et que si son entreprise faisait des produits pour riches, il n'y aurait pas plus d'un milliard d'iPhone en circulation dans le monde.

Dévoilé la semaine dernière, l'iPhone X n'en finit pas de faire parler. Pas tant pour son écran Oled sans bord, ni ses capacités en matière de réalité augmentée ou encore sa recharge sans fil. Mais plutôt pour son prix. À partir de 999 dollars hors taxe aux États-Unis et de 1159 euros TTC en France. Un record pour la marque pourtant pas réputée pour ses prix bas. Et fatalement, lorsqu'il s'exprime dans les médias américains, le patron d'Apple est appelé à se justifier sur un tel tarif.

Comme ce mardi dans l'émission Good Morning America sur ABC News au cours de laquelle Tim Cook a été interpellé par une internaute: "Je comprends qu'il y ait de l'inflation mais ne pensez-vous pas que le prix de l'iPhone X est hors de portée pour l'Américain moyen?" Ce à quoi Tim Cook a répondu que "le prix de l'iPhone était intéressant au regard des technologies embarquées dans l'appareil". Avant d'ajouter que de toute façon, "de plus en plus de personnes paient leur téléphone sur de longues périodes et très peu de gens l'achètent cash". "De plus, a-t-il poursuivi, la plupart des gens revendent leur téléphone actuel et certains opérateurs proposent des subventions et des réductions".

"Non, ce n'est pas un produit réservé aux riches"

Ce que dit Tim Cook n'est pas faux, mais ces pratiques étaient déjà répandues pour les modèles précédents qui coûtaient 300 euros de moins que l'iPhone X. Le fabricant aurait-il pu réduire ses copieuses marges pour rendre le produit accessible? C'est la question posée par le magazine Fortune au patron d'Apple. "Ce n'est pas une question de marge, s'est défendu Tim Cook. Certaines compagnies ont des marges plus élevées parce qu'elles ne font pas des produits basiques. Nous ne critiquons pas ceux qui font ça, c'est un business utile, mais ce n'est pas le nôtre".

Apple ne serait donc pas une marque réservée aux riches? Là encore, Tim Cook se défend de mettre sur le marché des produits réservés à une élite. "Dans nos lignes de produits, vous pouvez trouver des iPad à moins de 300 dollars ou des iPhone pour guère plus. Ce ne sont pas des produits pour riches. Nous n'aurions pas vendu plus d'un milliard d'iPhone dans le monde si c'était vraiment un produit réservé aux riches..." 

Un argument toutefois à relativiser. Ce n'est pas parce qu'Apple a vendu 1,2 milliard d'iPhone depuis 2007 qu'autant de personnes dans le monde en possèdent un. Les possesseurs d'iPhone en ont souvent eu plusieurs. Une étude récente de BMO Capital Markets estime qu'il y a en fait 715 millions d'iPhone en circulation dans le monde dont 228 millions qui seraient des smartphones de seconde main. Le véritable nombre d'iPhone en circulation achetés neufs par des clients est donc de l'ordre de 480 millions, soit 6,5% de la population mondiale. Difficile de parler de produit "grand public".

L'iPhone X aurait pu coûter 1450 dollars

D'ailleurs, si Tim Cook écarte d'un revers de la main l'argument du prix, il semble qu'Apple ne soit pas si insensible que ça à l'inflation de ses tarifs. La marque aurait consenti pour l'iPhone X à rogner sur son taux de marge. C'est en tout cas ce qu'avance le Wall Street Journal. Ainsi, si l'iPhone X est vendu aux États-Unis 50% plus cher que l'iPhone 7 à sa sortie (650 dollars), il coûterait 134% plus cher à produire que le modèle précédent. Selon les estimation de Susquehanna International Group, les composants de l'iPhone X coûteraient 581 dollars contre 248 dollars pour le 7. Bref, à taux de marge comparable, l'iPhone X aurait pu coûter 1450 dollars. L'Américain moyen peut souffler.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco