BFM Business

L'iPhone 6 à la conquête du marché chinois

La région chinoise représente le deuxième plus gros marché d'Apple après les Etats-Unis.

La région chinoise représente le deuxième plus gros marché d'Apple après les Etats-Unis. - Roby Beck - AFP

Les autorités chinoises ont autorisé, ce 30 septembre, la commercialisation du dernier né d'Apple. La Chine prétendait avoir peur de fuite d'informations concernant les utilisateurs.

Les Chinois vont enfin pouvoir succomber à l'iPhone 6. Le dernier smartphone d'Apple dont le lancement en Chine était retardé, a finalement reçu, ce mardi 30 septembre, le feu vert des régulateurs pour être commercialisé dans le pays, un des principaux marchés pour la marque à la pomme.

Le ministère chinois de l'industrie et des technologies de l'information a indiqué sur son site internet avoir délivré pour l'iPhone 6 une "autorisation d'accès aux réseaux télécoms", ouvrant la voie à sa mise en vente.

Le géant américain de l'électronique avait démarré le 19 septembre les ventes de l'iPhone 6 dans dix pays ou régions, dont Hong Kong, territoire chinois disposant d'une large autonomie. Mais aucune date de lancement n'avait été annoncée pour la Chine continentale.

Des médias d'Etat chinois avaient par la suite rapporté qu'Apple avait déjà décroché deux des approbations nécessaires, mais qu'une autorisation cruciale "d'accès aux réseaux" lui faisait défaut.

Menace pour la sécurité nationale

Le ministère a assuré mardi avoir procédé sur l'appareil à des "tests de sécurité rigoureux", notamment pour "examiner les risques de fuite des informations personnelles des usagers", et avoir eu des échanges avec Apple à ce sujet.

Apple lui a alors "promis qu'il n'avait jamais établi de porte dérobée dans ses appareils et services" pour livrer des informations d'usagers "à quelque gouvernement et organisation que ce soit", et qu'il "ne le ferait jamais", selon le communiqué du ministère.

Une enquête de la télévision publique CCTV, largement répercutée sur les réseaux sociaux, avait affirmé en juillet que les iPhones représentaient une menace pour la sécurité nationale de la Chine, en raison des possibilités de géolocalisation de leurs utilisateurs. Apple avait formellement démenti ces accusations, disant n'avoir jamais accordé d'accès à ses serveurs à quiconque.

La région chinoise (Chine continentale, Macao, Hong Kong et Taïwan) représente le deuxième plus gros marché d'Apple après les Etats-Unis, et le groupe avait précédemment lancé les iPhones 5s et 5c en Chine continentale exactement en même temps que sur ses autres grands marchés.

D. L. avec AFP