BFM Business

L'étonnant sacrifice du patron de LinkedIn pour rassurer ses salariés

Comment rassurer et motiver ses salariés? Pour Jeff Weiner, PDG de LinkedIn, c'est simple comme un bonus de 14 millions de dollars.

Comment rassurer et motiver ses salariés? Pour Jeff Weiner, PDG de LinkedIn, c'est simple comme un bonus de 14 millions de dollars. - Stephen Lam - Getty Images North America/AFP

Jeff Weiner, PDG de LinkedIn, a décidé de reverser son bonus annuel de 14 millions de dollars à ses 9.200 salariés. Objectif: calmer leur inquiétude après le plongeon du titre en Bourse.

Le patron de LinkedIn, Jeff Wiener, a décidé de renoncer à son bonus annuel (14 millions de dollars). Il a offert cette somme à ses 9.200 salariés inquiets de la dégringolade de 40% du cours de son action en février.

Une chute motivée par ce qu'on appelle dans le jargon boursier un "profit warning" ou, en français, avertissement sur résultats. Le 5 février, les dirigeants du plus grand réseau social pro mondial annonçaient que le chiffre d’affaires 2016 ne serait pas au niveau des prévisions. Au lieu de 3,9 milliards de dollars, le groupe américain pensait terminer l'année avec des recettes de 3,6 milliards de dollars.

En 2015, Jack Dorsey avait cédé 200 millions en actions

Difficile pour le dirigeant d’empocher son bonus alors que le plongeon de son titre en Bourse a créé un véritable séisme dans les équipes inquiètes des éventuelles conséquences sociales. Pour Jeff Wiener, ce n’est pas aux équipes de régler l'addition, bien au contraire.

Il a même fait une véritable "déclaration" à ses salariés comme l’indique Business Insider. "Nous restons la même entreprise qu’avant ces résultats. Je suis le même patron que la veille et vous êtes la même équipe que le jour précédent. Nous avons toujours la même mission, la même vision et nous conservons toujours le même objectif. Rien n’a changé, rien n’a changé d’un iota." Mieux, les équipes du groupe vont pouvoir se partager les 14 millions de dollars que le patron avait prévu de percevoir à titre de bonus, soit en moyenne plus de 1.500 dollars par salarié.

Son geste est généreux, mais pas exceptionnel aux États-Unis. En octobre 2015, Jack Dorsey, patron de Twitter, avait cédé 200 millions en actions à ses salariés.

Pascal Samama