BFM Business

L'américain Carlyle lorgne une technologie française utilisée pour surveiller les sites sensibles

La prise de contrôle de HGH s’effectuera via le fonds Carlyle Europe Technology Partners III et devrait être réalisée avant la fin de 2018.

La prise de contrôle de HGH s’effectuera via le fonds Carlyle Europe Technology Partners III et devrait être réalisée avant la fin de 2018. - HGH

Le fonds américain Carlyle négocie la prise de contrôle de HGH, spécialiste français des systèmes infrarouges. Sa haute technologie permet de surveiller les sites sensibles (militaire, nucléaire) dont ceux de l'US Army. Elle détecte à distance les intrusions grâce à des caméras évoluées.

Une "pépite" française dont la technologie s'applique à la surveillance de sites sensibles, s'apprête à changer de mains. Créée en 1982, HGH, PME est devenue experte en technologie infrarouge pour surveiller les sites des secteurs du transport (port, aéroport), de la défense (base militaire) et de l'énergie (plateforme pétrolière). Elle intéresse le fonds d'investissement américain Carlyle, qui négocie une prise de contrôle majoritaire. La transaction, effectuée par Carlyle Europe Technology Partners III et dont le montant a été gardé secret, doit être réalisée avant la fin de l'année 2018.

"La demande pour les technologies et solutions de surveillance s'accélère partout dans le monde avec des besoins de plus en plus sophistiqués pour la surveillance des infrastructures critiques" a déclaré Vladimir Lasocki, co-dirigeant du fonds Carlyle Europe Technology Partners.

L'entrée du fonds américain au capital, "permettra au groupe HGH de prendre une autre dimension et d'accélérer son développement à l'international", a indiqué Thierry Campos, directeur général de la PME dont l'expertise, reconnue à l'étranger, lui permet de réaliser 85% de son activité à l'export.

Le pôle de compétitivité Systematic a soutenu la PME

Ses systèmes de vidéosurveillance périmétriques pour sites sensibles sont constitués de caméras, de capteurs et de logiciels de traitement d’images. Ils sont issus du projet de recherche SafeAround (doté d'un budget de 2,6 millions d’euros) que HGH a porté au sein du pôle francilien de compétitivité Systematic.

La société française a développé des caméras pivotantes, baptisées Spynel, afin de traquer automatiquement les intrusions sur des zones étendues. Son système infrarouge le plus récent, Spynel-X assure une couverture panoramique sur 360° avec un seul capteur à haute résolution, en mode observation jour/nuit et quelles que soient les conditions météorologiques.

La société, qui emploie 83 salariés dans sept pays, a réalisé un chiffre d'affaires de 20 millions d'euros en 2017 et vise 23 millions d'euros cette année. HGH a connu une croissance à deux chiffres ces dernières années. La PME, qui a un centre de R&D à Igny (île-de-France) et un autre à Santa Barbara, en Californie, exporte aussi en Amérique du Nord. Elle compte parmi ses références les plus prestigieuses, l’armée américaine, notamment pour la surveillance de bases militaires avancées.

Frédéric Bergé