BFM Business

L’accord d’itinérance Free-Orange scruté par l'Autorité de la concurrence

Les ministes Montebourg et Pellerin se demandent si l'accord entre Free et Orange ne biaise pas la concurrence dans le mobile

Les ministes Montebourg et Pellerin se demandent si l'accord entre Free et Orange ne biaise pas la concurrence dans le mobile - -

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, et Fleur Pellerin, ministre de l'Economie numérique et des PME, ont saisi l'Autorité de la concurrence sur le partenariat Free-Orange dans les réseaux.

C'est Martin Bouygues qui doit être content. Les ministres du Redressement Productif et de l’Economie numérique chargée des PME ont saisi l’Autorité de la concurrence ce 5 novembre à propos de l'accord d'itinérance conclu entre Orange et Free. Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin attendent d’elle qu’elle rende un avis sur la compatibilité avec le bon fonctionnement de la concurrence de cet accord, s'il se maintient dans la durée.

Un avis rendu en février

C'est grâce à ce contrat passé entre le premier réseau de France et le quatrième opérateur que Free a pu se lancer dans le mobile, en louant le réseau Orange là où il n'avait pas encore déployé le sien.

Comme SFR et Bouygues le dénoncent depuis le lancement des forfaits de leur concurrent, le gouvernement se demande "dans quelle mesure Free ne bénéficierait pas d'un modèle de déploiement durablement plus avantageux que ses concurrents".

L'Autorité de la concurrence va maintenant mener son audit, passer des entretiens avec les différents acteurs du dossier, et rendra son avis en février. Il n'aura toutefois pas de valeur contraignante.

Nina Godart