BFM Business

Kodak sort de faillite

Kodak va avoir un nouveau visage.

Kodak va avoir un nouveau visage. - -

Le groupe a annoncé, mardi 3 septembre, être officiellement sorti de faillite. Délesté de ses activités traditionnelles, il va opérer une profonde mutation, se recentrant sur l'imagerie pour entreprise.

C'est désormais officiel. Kodak, le géant déchu de la photographie, a annoncé ce mardi 3 septembre, sa sortie du régime du chapitre 11, qui place une entreprise sous la loi des faillites.

"Nous avons été revitalisés par notre transformation et nous nous sommes restructurés pour devenir un formidable compétiteur", s'est réjoui le PDG du groupe Antonio Pérez, cité dans un communiqué, qui assure que son entreprise dispose désormais "d'un bilan sainement équilibré''.

"Nous sommes en train de fixer une trajectoire pour une croissance durable", a-t-il poursuivi. "Nous avons la bonne technologie au bon moment alors que les marchés d'impression passent au numérique".

Le 20 août dernier, le juge américain des faillites avait approuvé le projet de réorganisation de l'entreprise, ouvrant la voie à la sortie du chapitre 11.

Une profonde transformation

La restructuration du groupe l'a poussé à acter une impressionnante mutation. Dans les faits, Kodak n'aura plus grand-chose à voir avec son passé. L'entreprise va, en effet se focaliser dans les services aux entreprises, ce que l'on appelle le B2B (pour "Business to business").

Elle sera ainsi plus particulièrement recentrée sur l'imagerie pour le compte de société, notamment dans l'industrie du divertissement et du cinéma.

Le groupe a ainsi abandonné la fabrication d'appareils photos et de camescope numériques. Fini également les imprimantes d'ordinateurs, les scanners, la production de papier photo et de pellicules.

Pour assurer sa survie, Kodak avait également été forcé de brader ses précieux brevets. Des technologies qui permettaient notamment de capturer une image et de la stocker, et qui se retrouvent aujourd'hui sur les smartphones et les tablettes. Le groupe avait totalement raté le virage de l'argentique au numérique, ce qui avait précipité ses difficultés.

Julien Marion