BFM Business

Jeux vidéo: Zynga va réduire ses effectifs

Zynga connaît d'importantes difficultés sur son coeur de métier: les jeux en ligne

Zynga connaît d'importantes difficultés sur son coeur de métier: les jeux en ligne - -

Le fabricant de jeux vidéo, sur Facebook notamment, a annoncé, lundi 3 juin, qu'il supprimait près d'un cinquième de ses effectifs. L'entreprise doit diminuer sa taille pour se recentrer sur les jeux pour mobile.

Les jeunes entreprises du Nasdaq ne sont pas épargnées par les réductions de coûts. Lundi 3 juin, le fabricant de jeu vidéo Zynga, connu notamment pour des titres comme Farmville ou Mafia Wars, deux jeux très populaires sur Facebook, a annoncé la suppression de 520 postes, soit 18% du total de ses employés. Au total, les effectifs du groupe passeront de 2.700 à environ 2.300 postes.

Ces mesures drastiques doivent permettre au groupe d'économiser 70 à 80 millions de dollars par an (53 à 61 millions d'euros), selon le Wall Street Journal. L'action de Zynga, brièvement suspendue après cette annonce, a chuté de 12% à 3,00 dollars lundi.

"Il est nécessaire d'aller de l'avant"

"La taille qui nous a si bien servis pour bâtir le principal service de jeux en réseaux sur internet rend maintenant difficile de montrer la voie avec succès sur les appareils mobiles et les plateformes multi-support, les supports sur lesquels les jeux en réseaux seront dorénavant joués", a justifié Mark Pincus, fondateur de l'entreprise.

"L'impact de ces licenciements sera ressenti dans l'ensemble de l'entreprise" mais "je pense que nous savons tous qu'il est nécessaire d'aller de l'avant", a-t-il précisé.

"Parce que nous prenons ces décisions de manière proactive et en position de solidité financière, nous pouvons prendre soin de nos employés licenciés" en leur offrant "des indemnités de départ généreuses", a-t-il également assuré.

Une concurrence plus forte

Depuis son introduction en Bourse, fin 2011, Zynga a lutté pour réussir à maintenir ses revenus sur le cœur de son métier, le jeu en ligne, souffrant notamment de la concurrence tout comme de l'émergence du jeu sur mobile. En conséquence, l'entreprise cherche à se recentrer sur ce dernier segment, plus rentable, quitte à diminuer sa taille et le nombre de jeux produits.

Autre problème pour l'éditeur de jeu vidéo: son manque de propension à innover. Dans le secteur, on accuse souvent Zynga d'être un "copycat", un éditeur qui sort des copies conformes de jeux déjà existants.

Mark Pincus, aurait même dit à l'un de ses salariés :"tu n'es pas plus intelligent que tes concurrents, contente-toi de copier ce qu'ils font jusqu'à ce que tu fasses les mêmes chiffres qu'eux".

Julien Marion avec BFM Business