BFM Business

Internet au bureau, ce n'est (vraiment) pas que pour le boulot

Il faut attendre 19 heures pour que les connexions redeviennent professionnelles.

Il faut attendre 19 heures pour que les connexions redeviennent professionnelles. - Loic Venance (AFP)

Réseaux sociaux, info, jeux en ligne, porno et téléchargement. C’est ce que font en Europe les salariés pendant 44% du temps qu'ils passent sur internet durant leur journée de travail.

Cette étude tombe à point. À l’heure où les hackers pénètrent dans les réseaux d’entreprise en trompant les internautes, Olfeo, un spécialiste de la sécurité, révèle dans une étude que les Européens passent 50 mn par jour soit 25 jours par an à surfer sur internet pour des raisons personnelles. Cela équivaut à 44% du temps qu'ils passent sur internet durant leur journée de travail.

Un usage pour le moins intensif lié au fait qu'il ne se contentent pas d'utiliser leur ordinateur. 62% du temps passé à surfer pour raison personnelle se fait grâce via une connexion Wifi. Les smartphones et les tablettes personnelles sont donc largement mises à contribution. 

En plus des risques de sécurité, ces "pauses internet" conduisent globalement à une chute d’activité de 10%. Coût moyen pour l'employeur : 6.656 euros par an et par employé.

Porno, paris en ligne et téléchargement

L’étude s’est aussi intéressée aux sites visités via Google ou en direct. Les premiers sont des blogs, des forums ou des wikis qui représentent 16%. Les sites de TV/radio ainsi que ceux d’actualité arrivent juste derrière (14%), suivies par des sites de e-commerce (13%) et, bien entendu, des réseaux sociaux (12%).

Mais les salariés n'hésitent pas non plus à consulter des plateformes des sites de jeux ou de voyages (9%), de paris en ligne (6%) et même des contenus pornographiques (4%) et des sites de téléchargement, légal ou pas, (4%).

L’étude qui porte à la fois sur l’Allemagne, la Belgique, la France, le Luxembourg et la Suisse permet d'établir une comparaison entre ces pays. Et les Français font grimper la moyenne. Ce sont eux qui, au bureau, passent le plus de temps sur leur ordinateur, leur tablette ou leur smartphone à des fins personnelles.

"L’Allemagne est le pays où l’usage personnel d’Internet au bureau semble le moins important" soulignent les auteurs de l'étude. Non pas que les Allemands soient plus sages. "C’est […] le seul pays où cet usage peut être strictement interdit dans le règlement intérieur."

Pascal Samama