BFM Business

Hermès, Dassault Systèmes, Iliad dans les 100 entreprises les plus innovantes, selon Forbes

Hermès est l'entreprise française qui occupe la place la plus haute dans le classement Forbes, pointant au 13e rang.

Hermès est l'entreprise française qui occupe la place la plus haute dans le classement Forbes, pointant au 13e rang. - Eric Piermont - AFP

Le magazine américain a publié sa liste des 100 sociétés les plus innovantes, mercredi 20 août. Huit entreprises françaises sont représentées dans ce classement où ne figure ni Google, ni Microsoft.

C'est un classement qui tranche. Mercredi 20 août, Forbes a publié l'édition 2014 de sa liste des 100 entreprises les plus innovantes. En tête, point de Google ou de Microsoft, les géants de l'internet qui ont pour habitude de truster les palmarès habituels.

A la première place, on retrouve ainsi Salesforce.com, une entreprise californienne qui développe des solutions pour les entreprises pour gérer leur relation client. Viennent ensuite l'entreprise pharmaceutique Alexion, et la société britannique informatique ARM holdings.

Le premier "géant de l'internet", Amazon, pointe au sixième rang. Des mastodontes comme Coca-Cola ou Procter & Gamble ne sont que, respectivement, que 72e et 84e.

La France bien représentée

Surtout, ce classement met particulièrement à l'honneur la France. Selon un décompte de 01Business, l'Hexagone occupe la seconde place ex-aequo avec le Japon, avec huit entreprises présentes, loin toutefois derrière les Etats-Unis, qui totalisent 39 entreprises classées.

Les sociétés françaises concernées sont Hermès, 13e, Iliad, la maison-mère de Free, qui est 29e, Essilor, 49e, Bureau Veritas, 50e, Dassault Systèmes, 56e, Pernod Ricard 69e, Danone, 86 et Sodexo, 89e.

Mais, là encore point de l'Oréal, d'Airbus ou de Michelin, les grandes pointures françaises habituellement présentes dans ce type de classement.

Une méthodologie à part

Ce qui s'explique par la méthodologie particulière retenue par Forbes. Là où les autres listes se basent sur des sondages réalisées auprès des chefs d'entreprises, comme celui du Boston Consulting Group, ou sur les dépôts de brevet (cas du classement de Thomson Reuters), Forbes privilégie le potentiel de croissance de la société.

Le magazine calcule ainsi "une prime d'innovation", c'est-à-dire la différence entre la capitalisation boursière de la société et "la valeur actuelle nette des flux de trésorerie", une méthode permettant de calculer la valeur d'une entreprise à partir de son activité.

De cette façon, Forbes explique obtenir "le bonus" accordé par les investisseurs à cette société sur sa croissance future. Ce classement ne retient, par ailleurs, que les sociétés dont la capitalisation boursière dépasse les 10 milliards de dollars et qui ont publié des comptes depuis sept années.

Julien Marion