BFM Business

Google et Fidelity investissent un milliard de dollars dans SpaceX

Google est le nouveau partenaire d'Elon Musk pour ses projets spatiaux.

Google est le nouveau partenaire d'Elon Musk pour ses projets spatiaux. - ROBYN BECK / AFP

C’est en définitive avec le fonds d’investissement Fidelity que Google met la main sur un peu moins 10% du capital de SpaceX. Cette société, détenue par Elon Musk, projette d’utiliser des satellites pour connecter à Internet les zones les plus reculées du globe.

Le bruit se confirme. Pour son projet d’Internet mondial, Elon Musk, patron de Tesla et de SpaceX, ne sera pas seul. Google entre dans l’opération avec le fonds d'investissement Fidelity. Ils investissent ensemble un milliard de dollars (environ 866 millions d'euros) dans SpaceX.

Au départ, l'information révélée par le Wall Street Journal n'évoquait que Google comme nouvel investisseur. Tout compte fait, le géant de l’Internet n’y va pas seul. La confirmation est venue de Fidelity.

Google et Fidelity auront désormais une participation légèrement inférieure à 10%, a précisé SpaceX dans son communiqué. L'investissement valorise donc l'ensemble de SpaceX à plus de 10 milliards de dollars.

Les montgolfières de Google pour la connexion à Internet

Selon le communiqué de SpaceX, la mise de fonds de Google et Fidelity ne concerne pas seulement le projet d’un Internet pour les zones reculées via un réseau de petits satellites en orbite basse. Il vise en fait l'ensemble du groupe, qui est notamment spécialisé dans la fabrique de fusées.

L'idée avait pourtant été évoquée en novembre dernier par Elon Musk et des informations de presse avaient prêté à Google une ambition similaire quelques mois auparavant.

Le géant internet réalise déjà des expériences du même type dans son projet "Loon". Mais, au lieu des satellites, ce sont des montgolfières qui servent de relais internet.

Google a également racheté l'an passé un fabricant de drones solaires géostationnaires, Titan Aerospace, disant aussi à l'époque envisager de les utiliser comme relais internet volants.

P.S. avec AFP