BFM Business

Google, Apple et consorts font de plus en plus peur aux banquiers

Les banquiers ont prévu d'investir massivement dans les technologies pour mieux lutter à armes égales face à la menace représentée par les géants de la technologie.

Les banquiers ont prévu d'investir massivement dans les technologies pour mieux lutter à armes égales face à la menace représentée par les géants de la technologie. - Jacques Demarthon-AFP

Les banquiers sont 74% à estimer que leurs concurrents futurs seront issus de la technologie et d'internet. Cette crainte est grandissante selon la 8e enquête annuelle réalisée par Temenos et Capgemini.

Le monde de la banque n'est pas si serein que cela sur son avenir. Beaucoup de professionnels du secteur redoutent des bouleversements comparables à l’impact qu'a eu internet sur de nombreuses activités (transport, presse, commerce) depuis dix ans.

Lorsqu'on les interroge, trois quarts des banquiers voient la menace provenir de nouveaux venus sur le marché de l'intermédiation financière. Ils ne sont que 26% à craindre la concurrence d'acteurs de la banque traditionnelle, révèle la huitième enquête annuelle de Temenos, éditeur de logiciels financiers, réalisée avec Capgemini auprès de 200 cadres bancaires.

Leur crainte se concentre particulièrement sur la menace potentielle que constituent Google et consorts (Facebook avec le paiement interpersonnel, Apple avec le système sans contact Applepay,...) devenus récemment acteurs du paiement dématérialisé par smartphone. Ils sont 27% à les citer explicitement contre 23% en 2014, lors de la précédente enquête annuelle.

Les plus inquiets sont les banquiers de détail voire les acteurs de la microfinance (ceux qui s'adressent aux personnes à faible revenu). 

Mieux exploiter les données clients des banques?

Tous redoutent la capacité des géants de la technologie à tirer parti de leurs systèmes informatiques et des données qu'ils possèdent sur leurs clients pour commencer à distribuer des services bancaires.

Confrontés à cette menace qu'ils jugent grandissante, les banquiers prévoient d'investir massivement dans la technologie. On peut imaginer l'intérêt que représenterait pour les banques, le déploiement sur leurs sites internet, d' algorithmes pointus calqués sur le moteur de suggestion d'Amazon, pour proposer en temps réel des produits financiers à leurs clients.

Une nette majorité des banquiers interrogés, 64%, s'attend à une hausse de leur budget consacré à l'informatique et aux technologies, contre 56% en 2014 et 53% en 2013.

Par rapport à il y a un an, les banques sont beaucoup plus conscientes de la nécessité de tirer parti des données clients qu'elles ont engrangées.

Mais près d'un quart des banquiers sondés avouent qu'il ne s'agit pas d'une priorité pour la direction de leur entreprise et que cette responsabilité a été déléguée à leurs équipes IT et informatique.

Frédéric Bergé