BFM Business

Pourquoi Orange s'intéresse à l'après Bitcoin

-

- - Stéphane De Sakutin-AFP

L'opérateur a investi dans une société spécialisée qui utilise la technologie du système de paiement propre au Bitcoin. L'enjeu : développer de futurs services d'échanges d'argent ou d'actifs numériques sur Internet.

Orange ne fait pas mystère de ses ambitions dans les services bancaires et de transfert électronique d'argent.

Cette fois-ci, l'opérateur français investit dans la société californienne Chain en bonne compagnie, aux côtés de plusieurs autres entreprises de renom comme le Nasdaq, Visa ou Citibank. Ce consortium aura investi la somme totale de 30 millions de dollars dans cette firme de technologies.

Pourquoi ces institutions s'intéressent-elles autant à cette société presque inconnue ? Son atout premier est d'être spécialisée dans la technologie ("Blockchain" ou "chaîne de blocs") utilisée par le Bitcoin pour valider les paiements ou virements électroniques effectués avec cette monnaie virtuelle. 

Selon l'opérateur français, cette technologie peut servir à sécuriser et à valider les transferts d'argent, sans pour autant utiliser le Bitcoin, décrié car impliqué dans des trafics en tout genre.

Le chiffrement des échanges réduirait les risques

Elle peut aussi "faciliter l’émission et le transfert de types d’actifs très variés, comme des titres financiers, des cartes cadeaux, du crédit mobile, des points de fidélité ou encore des crédits d’énergie", explique Orange.

Par son intermédiaire, les transactions sont enregistrées automatiquement et validées par l’ensemble des participants au réseau de transferts électroniques (d'argent, de titres boursiers, de documents sécurisés, de musique numérique,...) qui en certifient ensemble la validité. Cette validation électronique "collective" constitue une garantie à la fois pour les émetteurs, les propriétaires et les régulateurs de ces actifs, quels qu'ils soient.

De plus, l’utilisation de chiffrement des données réduit les risques, permettant de se protéger de fraudes éventuelles

"Nous croyons au potentiel de rupture de la technologie blockchain. Devenir un partenaire clé et un investisseur de Chain nous permettra d’apprendre plus vite et de lancer des essais autour de cette technologie", se réjouit Pierre Louette, directeur général adjoint d’Orange.

Chain collaborerait étroitement avec plusieurs grandes institutions pour concevoir, déployer et exploiter des réseaux privés spécialement créés pour des marchés et des actifs particuliers.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco