BFM Business

Gérer les risques de façon plus fine grâce au big data

Selon une étude d’Ernst & Young publiée en 2014, 72% des entreprises pensent que les mégadonnées peuvent jouer un rôle important dans la gestion des risques, 7% ont connaissance des solutions disponibles mais seules 2% les utilisent.

Selon une étude d’Ernst & Young publiée en 2014, 72% des entreprises pensent que les mégadonnées peuvent jouer un rôle important dans la gestion des risques, 7% ont connaissance des solutions disponibles mais seules 2% les utilisent. - Pixabay

En matière de gestion des risques, les entreprises se limitent encore à des méthodes d’analyse de données basées sur des échantillons. Le traitement des mégadonnées leur permettra de mieux apprécier ces risques.

L’expansion de la numérisation des processus et des services permet aux entreprises de collecter et de générer de plus en plus de données. Outre le développement de leurs activités, cette masse d’information peut être exploitée pour améliorer la gestion de leurs risques (financier, de marché, opérationnel, de conformité, etc.). Le besoin est d’autant plus important que différents cadres réglementaires (BCBS239, FCPA, Bribery Act…) se durcissent et imposent aux entreprises de piloter plus finement la gestion de leurs risques. "Le big data va aider les entreprises à apprécier les risques de façon plus précise et plus exhaustive, conformément à ces réglementations, explique Reda Gomery, associé responsable data et analytics chez Deloitte. Aujourd'hui leurs modèles reposent essentiellement sur des échantillons et des sous-ensembles qui ne permettent pas d’avoir une vue d’ensemble des risques".

Une application du big data encore peu exploitée

Pourtant, selon une étude d’Ernst & Young publiée en 2014, si 72% des entreprises sondées pensent que les mégadonnées peuvent jouer un rôle important dans la gestion des risques, seules 7% ont connaissance des solutions disponibles et uniquement 2% les utilisent. "Nous n’en sommes qu’au début, relativise Reda Gomery, l’expert de Deloitte. Les entreprises françaises commencent à s’intéresser aux outils d’analyse et aux nouveaux algorithmes de traitement des données". La majorité des entreprises interrogées par Ernst & Young reconnaissent en effet gérer leurs risques avec des outils développés en interne.

Par ailleurs, concernant le volet de collecte et de stockage de grands volumes de données, les entreprises se reposent encore sur leurs systèmes traditionnels. Autrement dit, le big data appliqué à la gestion des risques en est encore à ses balbutiements. Les évolutions des cadres réglementaires devraient faire bouger les lignes car "ils imposent clairement aux entreprises de mettre en place une gouvernance des données", explique Reda Gomery. Et les technologies du big data permettent notamment d’assurer cette gouvernance.

Eddye Dibar