BFM Business

Free veut casser les prix des forfaits de téléphonie mobile outre-mer

Free est candidat aux fréquences 3G et 4G sur les zones géographiques suivantes : Guadeloupe-Martinique, St6Barthélemy-St-Martin, Guyane, La Réunion, Mayotte.

Free est candidat aux fréquences 3G et 4G sur les zones géographiques suivantes : Guadeloupe-Martinique, St6Barthélemy-St-Martin, Guyane, La Réunion, Mayotte. - Gabriel Bouys-AFP

"Iliad est candidat à des fréquences 3G et 4G dans les quatre DOM ainsi qu'à Saint-Barthélemy et Saint-Martin. Prêt à investir 100 millions d'euros, l'opérateur veut mettre fin aux "discriminations tarifaires" outre-mer avec des "prix attractifs"."

Après la métropole, les départements d'outre-mer vont-il bientôt connaître une guerre des prix sur la téléphonie mobile? C'est la perspective que trace ouvertement Iliad (maison-mère de Free), candidat à de nouvelles fréquences 3G et 4G sur 5 zones géographiques ultra-marines où il n'est pas présent: Guadeloupe-Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte, et Saint-Barthélemy/Saint-Martin.

Ces fréquences doivent être attribuées par l'Arcep à l'automne 2016 sachant que 25 dossiers de candidatures (dont les cinq de Free) ont été déposés. La procédure en cours prévoit la possibilité, pour le régulateur de retenir jusqu'à quatre candidats dans chacune de ces cinq zones.

Un investissement de 100 millions d'euros

"Le Groupe Iliad a le projet de proposer sur ces territoires des offres simples, innovantes et à des prix attractifs au bénéfice des consommateurs, comme il l'a fait avec Free Mobile en métropole et de démocratiser ainsi l'usage du mobile en mettant fin aux discriminations tarifaires qui existent aujourd'hui en Outre-mer et que rien ne justifie" explique l'opérateur. Free se déclare prêt à investir 100 millions d'euros au cas où il serait retenu sur ces territoires.

A travers ce discours très offensif, Free fait une allusion directe à la cherté des prix des services fixes et mobiles dans les DOM-TOM, qui , de fait, sont nettement plus onéreux qu'en métropole.

Des forfaits 60% plus chers aux Antilles qu'en métropole

Cette analyse a été confirmée récemment par l'Insee. "En ce qui concerne l'accès à Internet et à la téléphonie mobile, les ménages d'outre-mer n'ont pas bénéficié, contrairement aux ménages métropolitains, du développement des offres de forfaits low cost et de la baisse des prix qui a suivi. C'est pourquoi les écarts de prix concernant les services de téléphonie mobile ont augmenté entre 2010 et 2015. En 2015, ces services sont plus chers de 60% environ aux Antilles et en Guyane et de 20% à La Réunion" expliquait l'institut dans une publication analysant les prix dans les DOM en 2015. Un écart que veut visiblement réduire ou annuler, Free, au cas où il obtiendrait des fréquences mobiles...

Contrairement aux autres territoires outre-mer où il est candidat directement, IIiad a préféré, pour la Réunion et Mayotte, investir dans la société Telco OI dont il est co-actionnaire avec le Groupe Axian (anciennement Hiridjee).

Les autres candidats sont deux des opérateurs "historiques" que sont Orange et Altice via sa filiale Outremer Telecom. S'y ajoutent les candidatures d'opérateurs ultra-marins tels Dauphin Telecom, Digicel, Océinde (qui avait racheté l'opérateur réunionnais Zeop en 2011).

Frédéric Bergé