BFM Business

Free attaque les offres mobiles subventionnées de SFR

Les offres subventionnées sont une bataille de longue date de Free.

Les offres subventionnées sont une bataille de longue date de Free. - -

Xavier Niel annonce avoir porté plainte contre SFR "pour concurrence déloyale", en raison de cette pratique qu’il qualifie de "crédit à la consommation déguisé". Une offre commerciale qui existe depuis plusieurs années...

Free part en guerre contre le subventionnement des téléphones mobiles. L'opérateur a annoncé, ce mercredi 18 juillet, avoir déposé une plainte auprès du tribunal de commerce de Paris contre SFR pour "concurrence déloyale", confirmant une déclaration de Xavier Niel, le célèbre patron trublion de Free, dans une interview donnée au magazine Capital. Free reproche à son adversaire de proposer des téléphones subventionnés, une pratique qui consiste à proposer des téléphones à petit prix en échange d'un engagement de 12 ou 24 mois... et qui fait partie du paysage des télécoms depuis des années.

Certes, ce "subventionnement" de matériel est au final financé par le consommateur lui-même, à travers les mensualités qu'il verse pendant sa longue période d'engagement. C'est tout le deal. Mais c'est surtout inacceptable pour Free! Selon ce dernier, cela revient à faire "du crédit à la consommation déguisé" et à "pratiquer des taux d'usure de 300 ou 400% que le consommateur ne voit pas".

Depuis son arrivée sur le marché, Free en a fait l'un de ses arguments commerciaux majeurs: séparer la vente du téléphone de la vente du forfait. Mais de là à attaquer les concurrents qui agissent différemment, il y a un pas, désormais franchi.

La concurrence ne comprend pas cette action en justice

Coup de pub ou nouvelle tentative de bouleverser le marché? Cette action en justice suscite en tout cas l'incompréhension dans le secteur. "Le subventionnement, c'est connu et archiconnu, explique un concurrent de Free, cela a déjà été regardé par les associations de consommateurs et l'autorité de la concurrence."

Un autre opérateur rappelle que "ce sont les clients qui demandent qu'on subventionne les téléphones", et en profite pour tacler Free: "Le seul secteur dans lequel ils investissent, c'est les frais de justice!"

Anthony Morel et BFMbusiness.com