BFM Business

Fleur Pellerin veut mobiliser les Européens contre les géants du web

Fleur Pellerin veut forcer les géants du web à payer leurs impôts en France

Fleur Pellerin veut forcer les géants du web à payer leurs impôts en France - -

Fleur Pellerin, la ministre de l'économie numérique, réunit cette semaine ses homologues européens. But : trouver les moyens de lutter contre l'évasion de fiscale de Google, Amazon et autres Facebook.

L'Union européenne est en ordre de marche pour faire payer Google, Amazon, Facebook et les autres. En amont du Conseil européen des 24 et 25 octobre prochains, Fleur Pellerin réunit cette semaine sept de ses homologues ministres en charge de l'économie numérique. L'enjeu : trouver un moyen de lutter contre l'inventivité fiscale dont font preuve les géants américains du web.

Face à des groupes aussi innovants en matière technologique qu'en matière fiscale, la parade ne peut être qu'européenne. Fleur Pellerin rêve d'une autorité de régulation, enfin capable de taper sur les doigts des géants du web. En ligne de mire, la "bande de Gafa", initiales de Google, Apple, Facebook et Amazon, auxquels on peut ajouter Microsoft.

37 millions d'euros d'impôts seulement

En France, en 2011, ils ont payé 37 millions d'euros d'impôts sur les sociétés, sur un chiffre d'affaires estimé à 8 milliards. Le manque à gagner estimé pour l'Etat : près d'1,5 milliard d'euros. Leurs techniques sont toujours inventives. Comme Facebook qui facture la publicité via une filiale située à Dublin, avant de stocker l'argent aux îles Caïman. Cela lui a permis de payer l'an dernier en France 200.000 euros d'impôts sur les bénéfices, pour 300 million de chiffre d'affaires.

Une approche européenne permettra peut-être de battre en brèche le principal argument de défense des géants du web : la loi étant ce qu'elle est, il serait stupide de ne pas en profiter.

Anthony Morel