BFM Business

Fabien Galthié joue les prolongations chez Capgemini

Fabien Galthié, ancien capitaine de l'équipe de France de rugby, consultant chez Capgemini Consulting

Fabien Galthié, ancien capitaine de l'équipe de France de rugby, consultant chez Capgemini Consulting - -

"Fabien Galthié, ancien Capitaine de l’Equipe de France de Rugby, est désormais consultant chez Capgemini Consulting. Il apporte ses compétences de gestion du capital humain acquises dans le sport au monde de l'entreprise. Au micro de BFM Business, il détaille sa méthode d’accompagnement des salariés qui s'appuie sur le big data."

"Anticiper les faiblesses, répondre aux besoins d’évolution des joueurs pour leur donner envie de rester". Telles étaient les problématiques auxquelles fut confronté Fabien Galthié lorsqu'il occupait le poste de Capitaine de l’Equipe de France de Rugby. Une fois en retraite de sa carrière de joueur, le rugbyman a rapidement perçu les similitudes entre le milieu sportif et le monde de l’entreprise. Dès 2008, il a rejoint le cabinet Capgemini Consulting pour y développer une méthode du management des ressources humaines par le traitement des données.

"Tout a changé avec l’arrivée des data scientistes", au sein du cabinet français, déclare Fabien Galthié au micro de BFM Business, lors de l'émission 01Business Forum L'hebdo. Avec ces spécialistes de la donnée, il s’attèle à "synthétiser de manière efficace les facteurs clés de succès ou d’échec" pour développer le capital humain de l’entreprise. 

Le Big Data permet de personnaliser les parcours

Du recrutement à la promotion d’un salarié, lui et son équipe de chercheurs ont identifié quinze cas d’usages. En analysant de manière macro les données qui remontent du terrain, ils ont par exemple observé qu’après six mois sur un même projet, un consultant commence à se démotiver et perd en productivité. Il convient alors de lui proposer un nouveau projet pour maintenir son implication. D'autres au contraire vont préférer suivre un projet de bout en bout.

Et c'est grâce à l'analyse des données que l'on pourra ainsi déceler les aspirations des uns et des autres. Le management pourra alors ajuster la gestion des carrières. Cela peut aider à éviter des cas de démissions ou de burn-out par exemple.

Un autre enseignement est que paradoxalement l’analyse de données en grande quantité n’uniformise pas les parcours comme on pourrait l'imaginer avec le recueil de données anonymisées. L'étude des informations va au contraire aider à personnaliser les carrières en regroupant par communautés des profils aux besoins similaires et en leur apportant une gestion de leurs compétences adéquate.

Florent Vairet