BFM Business

Exclusif: SFR externalise sa VoD mais pas son bouquet TV

Dans le cadre de son plan social, SFR avait décidé de se désengager de la TV sur ADSL

Dans le cadre de son plan social, SFR avait décidé de se désengager de la TV sur ADSL - -

Le service de vidéo-à-la -demande ne sera désormais plus fabriqué en interne, mais acheté à la start up VOD Factory, constituée par des anciens de SFR. En revanche, les bouquets TV maison ne seront pas remplacés par CanalSat.

Fin 2012, SFR avait informé ses salariés que, dans le cadre de son plan social, il allait arrêter de fabriquer lui-même son offre de vidéo-à-la-demande (video on demande ou VOD), mais la confier à des "partenaires".

C'est désormais chose faite. L'opérateur télécoms vient de conclure un contrat de fourniture avec une jeune start up, VOD Factory, créée en août. Il connaît bien l'équipe de VOD Factory, car elle est constitué pour l'essentiel par l'ancienne équipe de VOD de SFR...

Reconstitution de ligue dissoute

Ainsi, le président-fondateur est Julien Vin-Ramony, ancien directeur des contenus de SFR. Le directeur général est Aurélien Clerc, qui dirigeait les acquisitions et le marketing des contenus. On retrouve aussi Julien Vermorel (ex-responsable de la plate-forme VOD), Monique Gimenez (ex-chef de projet VOD), Sophie Esposito (ex-chargée du marketing VoD) ou Benjamin Merle (ex-chef de produit marketing ADSL).

Contacté, VOD Factory n'a pas souhaité s'exprimer sur ses projets. Mais une petite annonce indique que la start up compte aussi proposer de la VOD au forfait par abonnement (subscriber VOD), et de proposer son offre "sur d'autres plates formes" que SFR.

Pas d'accord entre sociétés soeurs

Parallèlement, SFR avait aussi indiqué à ses salariés son intention de confier ses bouquets de télévision sur ADSL à un autre partenaire -en l'occurrence CanalSat. Le projet avait été confirmé par le directeur général de Canal Plus Rodolphe Belmer: "nous avons passé des accords avec certains opérateurs -et bientôt SFR-, qui sont en difficultés financières et qui souhaitent nous sous-traiter leur activité télévision", avait-il déclaré au Sénat en décembre.

Apparemment, les négociations entre ces deux sociétés soeurs au sein du groupe Vivendi n'ont pas abouti. "SFR n’a pas l’intention de remplacer ses bouquets TV par CanalSat", nous indique un porte-parole de l'opérateur.

Multiples stratégies

Ce retournement peut avoir plusieurs explications. D'abord, un tel désengagement aurait été couteux. En effet, il aurait fallu interrompre avant terme les contrats passés avec les chaînes, et payer un dédit pour la durée restante. Par exemple, le contrat avec les chaînes de TF1 (10 millions d'euros par an) dure encore jusqu'à fin 2014.

Surtout, depuis fin 2012, SFR a connu plusieurs patrons, et presqu'autant de changement de stratégies...

Interrogé, Canal Plus s'est refusé à tout commentaire.

Jamal Henni