BFM Business

Etats-Unis: le FBI enquête sur de possibles délits d’initiés

Les boîtes noires protégeant les données économiques sensibles peuvent être piratées.

Les boîtes noires protégeant les données économiques sensibles peuvent être piratées. - -

Pour s’assurer de l’embargo sur les informations économiques, les Etats-Unis utilisent des boîtes noires bloquant l’accès à ces données avant l’heure prévue. Mais ce système pourrait être contourné et provoquer des délits d’initiés sur les marchés.

Aux Etats-Unis, le FBI s'inquiète pour la protection des données économiques sensibles. Selon le Wall Street Journal, l'agence a trouvé des "vulnérabilités" dans les systèmes censés protéger certaines données économiques, comme les chiffres de l’emploi ou de la croissance, avant leur publication.

Les systèmes empêchant les médias et les marchés de se connecter aux serveurs d’information économique pourraient être facilement piratées, et servir à des délits d’initiés.

Un embargo contournable par un simple fil

Concrètement, le système est le suivant: les données économiques sont mises sur un serveur, dont l’accès est bloqué par une boîte noire jusqu’à l’heure déterminée, pour s’assurer du respect de l’embargo sur l’information.

Cela doit en théorie garantir la simultanéité de l’accès à l’information pour les médias, le grand public, et les marchés. Mais en réalité, ces boîtes noires auxquelles se connectent les demandeurs d’information seraient facilement contournables, en utilisant un réseau filaire parallèle ou en modulant le courant électrique des connexions.

Une information quelques secondes avant les autres

L'agence Bloomberg a découvert ces failles, par hasard, l'été dernier. En mettant sa connexion aux boîtes noires à jour, elle s'est rendue compte qu'elle avait les infos sensibles quelques secondes avant les autres médias. Le FBI a ouvert une enquête, a fait des tests, et a trouvé d'autres moyens de pervertir le système encore plus facilement.

Pour l'instant, il n’y a pas de preuve que des médias s'en soient servis à mauvais escient, ou que d'éventuels délits d'initiés ont eu lieu. Mais le risque existe.

Dans un marché où les algorithmes font des opérations à la vitesse de la nano seconde, avoir une information sensible deux secondes avant tout le monde peut faire gagner beaucoup d'argent à certains, et en faire perdre beaucoup à d'autres.

Aurélie Boris et BFMbusiness.com