BFM Business

Drivy lève 31 millions d'euros pour mettre la gomme dans l'autopartage

La société française Drivy, spécialiste de la location de voitures entre particuliers, a levé 31 millions d'euros. Elle a été fondée et est est dirigée par Paulin Dementhon.

La société française Drivy, spécialiste de la location de voitures entre particuliers, a levé 31 millions d'euros. Elle a été fondée et est est dirigée par Paulin Dementhon. - Drivy-Flickr

"Ce nouveau tour de table porte à 47 millions d’euros le financement total reçu par Drivy, la société fondée et dirigée par Paulin Dementhon. Il va permettre à la start-up d'ouvrir son service dans 3 pays d'ici fin 2016."

La société française Drivy appuie sur l'accélérateur dans la location de voitures entre particuliers. La start-up a levé 31 millions d'euros, la plus importante opération de financement réalisée depuis sa création en 2010. Cette nouvelle levée, menée par Cathay Innovation et Nokia Growth Partners (NGP) aux côtés de trois de ses investisseurs historiques (Bpifrance, Via ID et Index Ventures), porte à 47 millions d'euros l'investissement total reçu par la jeune pousse.

Elle va permettre à Drivy, déjà présente en France, en Allemagne et en Espagne, d'accélérer son développement dans les principaux pays d'Europe, notamment au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Italie. "Nous allons pouvoir être beaucoup plus entreprenants à l'international", a indiqué Paulin Dementhon, PDG et fondateur de Drivy.

Depuis sa dernière levée de 8 millions d’euros en avril 2015, la start-up s'est renforcée sur le marché allemand en rachetant son rival local, Autonetzer avec ses 100.000 clients et 10.000 véhicules mis à disposition. Elle a aussi lancé son service en Espagne, pays où elle a connu une croissance de 200% au cours des deux derniers mois et franchi le cap des 1 000 voitures à louer.

La start-up investit dans son boîtier électronique qui remplace les clés de voiture

Les nouveaux fonds levés alimenteront également les investissements dans ses applications et son boîtier électronique Drivy Open, lequel permet d'ouvrir le véhicule loué avec un smartphone en évitant au propriétaire d'organiser le prêt de ses clés de voiture. Alors qu'il n'est disponible qu'à Paris et à Berlin, ce boîtier équipera 2.000 voitures d'ici la fin de l'année, contre 300 actuellement.

"Nous allons pouvoir avoir des locations beaucoup plus fréquentes, beaucoup plus courtes, à la dernière minute, et être dans une logique non pas de location mais de remplacement de la propriété de la voiture via des applications de voitures à la demande", souligne Paulin Dementhon. Drivy compte 70 salariés et revendique 850.000 utilisateurs, ainsi qu'un parc de 36.000 véhicules à louer et comptabilise 1,4 million de journées de location cumulées.

En France, deux de ses concurrents bénéficient de soutiens financiers importants: Ouicar a reçu en 2015 28 millions d'euros de la SNCF qui en a pris le contrôle à 75% et Travelercar a bénéficié début 2016 de 5 millions d'euros du fonds d'investissement de la Maif.

Frédéric Bergé