BFM Business

Comment Uber s'offre 700 millions de nouveaux clients potentiels

Facebook a entrepris de muscler Messenger, en y intégrant d'autres services, sur le modèle de ce que font déjà d'autres applications de messagerie mobile notamment en Asie.

Facebook a entrepris de muscler Messenger, en y intégrant d'autres services, sur le modèle de ce que font déjà d'autres applications de messagerie mobile notamment en Asie. - Nicolas Maeterlinck Belga-AFP

Les 700 millions d'utilisateurs de la messagerie Facebook pourront réserver un véhicule Uber sans quitter leur application mobile. Lancé aux États-Unis, ce service intégré devrait être prochainement étendu à d'autres pays.

Facebook s'ouvre au service de transport de personnes en s'alliant avec Uber. Par un partenariat inédit, le service de réservation de voitures avec chauffeur Uber va être directement intégré à l'application de messagerie mobile Messenger, forte de 700 millions d'utilisateurs dans le monde.

Uber est le tout premier partenaire de Facebook en matière de transport de personnes. Le grand concurrent des taxis, à la valorisation financière stratosphérique, s'offre ainsi un gigantesque levier commercial pour élargir sa base de clientèle. Dans les villes américaines où le service de réservation de voitures avec chauffeur est présent, celui-ci va être proposé à certains utilisateurs de Messenger dans le cadre de tests. Facebook promet toutefois que "davantage de pays et davantage de partenaires de transports seront disponibles bientôt".

Facebook teste déjà le paiement dans Messenger

Concrètement, il suffira à l'utilisateur de la messagerie de Facebook, sans quitter Messenger, de taper sur le menu d'options et de sélectionner "transport", puis de taper sur une icône pour commander une voiture Uber. Le premier réseau social mondial a intégré à la fois la possibilité de commander et de payer pour un trajet dans Messenger à condition d'avoir laissé ses coordonnées bancaires.

Depuis plusieurs mois, Facebook a entrepris de muscler Messenger, en y intégrant d'autres services, en s'inspirant de ce que font déjà des applications de messagerie mobile en Asie comme Line au Japon ou WeChat en Chine. Au printemps 2015, il avait par exemple annoncé l'incorporation à Messenger d'un service de paiement mobile entre amis, et d'outils destinés à encourager son utilisation par des commerçants en ligne.

Cet été, Facebook a aussi commencé à tester un assistant virtuel baptisé M intégré à Messenger, susceptible de rivaliser avec les services similaires de Google, Apple (Siri) ou Microsoft (Cortana).

Frédéric Bergé