BFM Business

Comment Paris a mobilisé les geeks pour lutter contre le terrorisme

La Mairie a organisé pendant 48 heures un concours d'innovations numériques dans les services d'urgence et d'alerte en cas d'attentat: 38 projets sont nés dans l'école 42 de Xavier Niel où a eu lieu ce "hackathon".

Comment mieux gérer grâce à la technologie les services d'urgence et de sécurité en cas d'attentat comme ceux de Paris en novembre 2015? On sait notamment que la plateforme téléphonique de la police, le 17, a été rapidement saturée par les appels, lors de la soirée du 13 novembre.

Pour à la fois y remédier et innover dans ce domaine, la Mairie de Paris a organisé le "hackathon" nec mergitur, dans les locaux de l'école 42 de Xavier Niel, le week-end dernier. Ce vaste concours a réuni 400 informaticiens dans un même lieu pour susciter l'émulation et aboutir à la réalisation d'innovations et de projets dans les systèmes d'alerte d'urgence et de gestion de crise.

"Un hackathon est un accélérateur de projets. C'est aussi un outil qui permet de faire travailler ensemble des personnes qui n'auraient pas eu l'occasion de se rencontrer autrement" explique Jean-Louis Missika, adjoint à la Mairie de Paris en charge de l'urbanisme et du développement économique, sur l'antenne de BFMBusiness.

Trente-huit projets d'innovations ont émergé

Très intéressés par ce potentiel d'innovations réuni en un week-end, Clotilde Valter, secrétaire d’État chargée de la réforme de l’État et Michel Cadot, préfet de police, ont même fait le déplacement dans les locaux de l'école d'informatique de Xavier Niel.

Au terme de ces 48 heures de travail intense, chacune des 38 équipes a défendu son projet devant un jury, chargé de retenir les 10 solutions les plus innovantes. Les lauréats ont ensuite présenté leur solution en plénière, devant la maire de Paris, Anne Hidalgo, le représentant du Préfet de Police, les partenaires, des personnalités du monde de l’innovation et du design et l’ensemble des participants.

Parmi les projets innovants en lice, on trouve pêle-mêle, des outils de détection en ligne des individus susceptibles de se radicaliser avec diffusion ciblée d’éléments de contre-discours sur les réseaux sociaux (Net Merger Cure), le signalement des incidents majeurs aux autorités par l'envoi automatisé de SMS et tweets en cas de saturation des services d'urgence (Navarro Hotline) ou un logiciel permettant, pour les forces de l’ordre et de secours, d’accéder à tous les plans des bâtiments, en 2D ou en 3D pour les bâtiments les plus importants (Repaire).

Très intéressée par cette initiative, l'administration américaine a même contacté la Mairie de Paris. "Nous allons avoir un échange d'expérience avec les équipes d'Obama sur ce sujet-là" a révélé Jean-Louis Missika.

Frédéric Bergé