BFM Business

Comment Microsoft a "tué" l'activité téléphones mobiles de Nokia

Microsoft va supprimer 1.850 emplois dans sa division fabriquant des smartphones, héritée du rachat de Nokia.

Microsoft va supprimer 1.850 emplois dans sa division fabriquant des smartphones, héritée du rachat de Nokia. - Justin Sullivan-Getty Images North America-AFP

"Après avoir cédé ses téléphones mobiles 2G, Microsoft supprime 1.850 emplois dans l'ex-activité de Nokia, s'ajoutant aux 7.800 licenciements de juillet 2015. Microsoft solde l'échec du rachat en 2014 des mobiles de Nokia, crédités d'à peine 1% du marché mondial."

Alors que Nokia prépare le retour de sa marque sur ce marché, Microsoft sort de l'activité de fabrication des smartphones, rachetée à Nokia en 2014. L'éditeur américain supprime 1.850 emplois dans sa division téléphone mobile et un responsable syndical finlandais affirme que le groupe va tout simplement cesser d'en produire. La Finlande paie un lourd tribut à ce nouveau plan de restructuration. Ce plan de "rationalisation" aboutira à supprimer 1.350 emplois au sein de Microsoft Mobile dans le pays qui a vu naître Nokia, ainsi que de 500 autres emplois dans le reste du monde.

Ces mesures de restructuration seront appliquées d'ici la fin d'année et totalement achevées d'ici juillet 2017. Financièrement, elles vont se traduire par une charge de 950 millions de dollars (850 millions d'euros) dans les comptes de Microsoft pour le trimestre en cours, dont 200 millions de dollars (178 millions d'euros) rien que pour financer les d'indemnités de licenciement.

Des charges de restructuration très élevées

Ces charges alourdissent la facture de la restructuration de l'activité de téléphonie mobile. Lors du plan précédent de "rationalisation" présenté en juillet 2015, Microsoft avait alors déprécié cette activité en une seule écriture de plus de 7,6 milliards de dollars, soit plus que le montant de son rachat en 2013 pour plus de 7 milliards de dollars (6 milliards d'euros). 

Cette acquisition était pourtant censée relancer Microsoft qui avait manqué son virage dans le téléphone mobile. Annoncée en 2013, elle avait été l'une des dernières décisions stratégiques de l'ex-PDG, Steve Ballmer. En se dotant d'une activité de conception et de fabrication de smartphones, il pensait donner un coup de fouet à la diffusion de son logiciel Windows mobile, distancé par Android et iOS d'Apple sur ce marché.

Satya Nadella a détricoté le rachat de l'activité de Nokia

Arrivé aux commandes en février 2014, Satya Nadella, a dû endosser le rachat de l'activité mobile de Nokia mais il s'est rapidement employé à la démanteler à coup de restructurations successives. Dès son arrivée à la tête de Microsoft, il s'est rendu compte que Nokia avait raté depuis longtemps le virage du smartphone, oubliant de réagir au succès fulgurant de l'iPhone. Ses faibles volumes de vente ne permettaient pas à Microsoft de percer. Résultat: la greffe de Windows Mobile sur les smartphones Nokia n'a jamais pas pris auprès des consommateurs, en dépit d'un bon rapport qualité-prix reconnu par beaucoup d'observateurs.

Les activités héritées de Nokia ont été les principales victimes d'un premier plan social historique pour Microsoft, présenté dès l'été 2014, soit 12.500 suppressions de postes sur un total de 18.000. L'activité de téléphonie a de nouveau supporté le plus gros des 7.800 coupes supplémentaires décidées l'année suivante. Enfin, Microsoft vient de vendre pour 350 millions de dollars l'activité de fabrication de téléphones de base au finlandais HMD Global, contrôlé par des anciens de Nokia et l'industriel taïwanais Foxconn.

Microsoft s'est rendu à la raison: Apple (iOS) et Google (Android) forment aujourd'hui un quasi-duopole sur le marché mondial des systèmes d'exploitation mobiles pour smartphones. D'après le cabinet Gartner, la part de Windows a chuté à 0,7% au premier trimestre, contre 2,5% un an auparavant.

Microsoft veut développer de nouveaux mobiles

Face à ce désastre, quelle peut être la stratégie future de Microsoft dans les téléphones mobiles? "Nous continuerons à développer de nouveaux appareils et à adapter Windows 10 pour les petits écrans, à faire du support pour les téléphones Lumia comme le Lumia 650, le Lumia 950 et le Lumia 950XL, et pour les téléphones de nos partenaires chez les fabricants comme Acer, Alcatel, HP, Trinity et Vaio", se contente d'indiquer un porte-parole de Microsoft. 

"Nous concentrons nos efforts dans la téléphonie où nous serons en mesure de nous différencier. Nous allons continuer à innover sur tous les appareils et sur nos services de cloud à travers toutes les plateformes mobiles" a indiqué le PDG de Microsoft. Microsoft suivra-t-il les pas de BlackBerry qui s'est recentré sur quelques modèles de smartphones conçus spécifiquement pour l'entreprise? Réponse dans les prochains mois.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco