BFM Business

Comment IBM et Visa veulent rendre la carte de paiement obsolète

Dans quelques années, on n'aura plus à sortir une carte de paiement pour régler un achat. C'est le but du partenariat entre IBM et Visa.

Dans quelques années, on n'aura plus à sortir une carte de paiement pour régler un achat. C'est le but du partenariat entre IBM et Visa. - Joe Raedle - Getty Images North America/AFP

Le groupe financier s’est associé à IBM pour créer une technologie qui permettra aux objets connectés d’accepter les paiements. Les voitures ou les appareils ménagers pourront régler des factures sans que leur propriétaire ne sorte sa carte.

Watson, l’intelligence artificielle d’IBM, a déjà fait ses preuves dans les divertissements ou encore dans les ressources humaines. Désormais, elle pourrait aider à transformer les objets connectés en cartes de paiement. Pour cela, le groupe informatique s’est associé à Visa. 

Lors d’un événement qui s’est tenu à Munich dans le centre d’IBM Watson dédié à l’Internet des objets, les deux groupes ont donné quelques idées de ce que pourraient offrir des appareils embarquant un système de paiement.

Grâce à des véhicules connectés à une pompe à essence, les automobilistes feraient le plein sans sortir leur carte de crédit. Le montant de la facture serait transféré au véhicule qui réglerait la note. Ces voitures pourraient aussi prendre des rendez-vous chez un garagiste pour faire des révisions et même commander par avance les pièces à changer.

Ces technologies pourraient aussi équiper des appareils ménagers. Les machines à laver commanderaient et paieraient la lessive et les adoucissants et les réfrigérateurs feraient les courses. "L'Internet des objets va changer nos modes de consommation en déplaçant le point de vente chez le consommateur", a indiqué Jim McCarthy, vice-président en charge de l’innovation de Visa sur le blog d'IBM.

Choix des consommateurs et sécurité de paiement

Reste désormais à convaincre les fabricants d’appareils ménagers. Beaucoup se préparent déjà à cette mutation. Lors du CES de Las Vegas, en janvier dernier, LG a dévoilé le prototype d’un réfrigérateur intelligent qui grâce à Alexa, le système de reconnaissance vocale d’Amazon, est capable de passer commande dans le magasin en ligne du géant américain. 

Le principe est séduisant, mais les consommateurs deviendront-ils les clients captifs d’une enseigne? "Ce n’est pas le but, notre service permettra aux consommateurs d’acheter chez le commerçant de leur choix, sans les contraindre", assure Jim McCarthy.

La sécurité est un point encore plus sensible, d’autant que les objets connectés sont devenus la cible privilégiée des hackers. En octobre dernier, aux États-Unis, des pirates ont réussi à hacker des centaines de milliers d’appareils connectés, ce qui a eu pour conséquence de bloquer les services de Netflix et d’Amazon.

Pour éviter les problèmes, les transactions reposeront sur Visa Token Service qui, après chaque transaction, efface les données sensibles de la mémoire des objets connectés. Cette technologie a déjà été adoptée par les institutions financières de 27 pays du monde. Lors d'une conférence qui s'est tenue ce mardi à Londres, Visa a annoncé que son déploiement se poursuivrait dans toute l’Europe d’ici la fin de l’année.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco