BFM Business

Comment Africa Internet Group est devenu l'Amazon africain en 4 ans

Pour Jérémy Odara, un des cofondateurs d'AIG, "Dans tous les pays d'Afrique, il y a une classe moyenne qui veut consommer".

Pour Jérémy Odara, un des cofondateurs d'AIG, "Dans tous les pays d'Afrique, il y a une classe moyenne qui veut consommer". - bfm business

AIG est devenu le numéro un du e-commerce sur le continent africain. Présente dans 23 pays avec 10 marques différentes (Jumia, Hellfood, Lamudi...) cette société s'occupe de tout: du paiement à la livraison avec ses propres camions et... motos, jusqu'au centre d'appels.

En Afrique, il n'y pas pas Amazon mais AIG (Africa Internet Group) dans lequel le groupe d'assurances Axa vient de prendre 8% du capital. Sous cet acronyme, se cache une société basée à Paris qui a de puissants autres actionnaires derrière elle (Rocket Internet, MTN et Millicom). En quatre ans, elle a développé et incubé une dizaine de sites Internet d'e-commerce actifs dans une vingtaine de pays africains. L'absence de concurrence du géant américain lui a sans doute permis de développer rapidement son site Jumia.

"Il faut tout faire soi-même. On développe l'ensemble des étapes. On appelle nos clients; on a nos centres d'appel téléphonique, nos entrepôts et nous faisons la livraison nous-mêmes grâce à nos motos et à nos camions. Les clients paient en liquide aux livreurs. C'est une question de confiance au départ" explique Jérémy Odara, cofondateur d'AIG, sur l'antenne de Bfmbusiness.

Pour recruter ses livreurs africains, la société s'est appuyée sur des personnes qui effectuaient déjà plus ou moins de la livraison. "Nous leur avons proposé de leur donner du travail tous les jours ce qui leur procure un revenu récurrent. Petit à petit, ils développent aussi leur petite entreprise de logistique" ajoute le dirigeant d'AIG.

La classe moyenne africaine a envie de consommer

"Dans tous les pays il y a une classe moyenne qui émerge et qui veut consommer or les produits sont peu disponibles car il y a peu de centres commerciaux. Les gens basculent directement d'un mode de consommation dans la rue à l'achat en ligne" explique le cofondateur d'AIG.

En plus du site d'e-commerce Jumia, dont le profil qui se rapproche le plus d'Amazon, AIG dispose de Kaymu (place de marché hébergeant 110.000 petites boutiques en ligne), Hellofood (livraison de nourriture), Jovago (réservation de séjours touristiques), Lamudi (annonces immobilières), Everjobs (emploi) et Carmudi (services de petites annonces respectivement immobilières, d'emploi et de véhicules).

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco