BFM Business

Cette start-up s'inspire de Google et Shazam pour révolutionner internet

En passant son smartphone devant cette bouteille de Heinz, Blippar vous propose par exemple de consulter des recettes à base de ketchup.

En passant son smartphone devant cette bouteille de Heinz, Blippar vous propose par exemple de consulter des recettes à base de ketchup. - Blippar

Créée à Londres par un entrepreneur indien, Blippar veut utiliser la réalité augmentée pour transformer votre smartphone en moteur de recherche universel, utilisable notamment par les analphabètes. Cette start-up vient de lever 54 millions de dollars. Elle vaut près de 1,5 milliard.

Passez votre smartphone devant une partition, il la reconnait et vous propose d'écouter la musique. Devant une fleur, il vous ouvre la page Wikipedia consacrée à cette variété. Sur une bouteille de ketchup, il vous propose des recettes qui feront merveille avec cette sauce. Voilà Blippar, l'application de réalité augmentée qui veut changer la donne dans la recherche sur le web.

Inutile de suggérer des mots, par écrit ou par oral, il suffit en effet de pointer l'objectif de son smartphone sur n'importe quel objet afin d'obtenir des informations sur celui-ci. Astucieux mélange de Shazam, l'application de reconnaissance musicale, et de Google, Blippar est capable de reconnaître un monument, une race de chien, l'ingrédient d'une recette et peut-être un jour l'ensemble des choses de notre environnement.

Sur le papier, le projet peut paraître un peu fou. Car si Google est capable de référencer les centaines de millions de sites d'internet que compte le web, c'est autrement plus compliqué de recenser l'ensemble des milliards de choses que nous côtoyons dans le monde réel. D'autant que les objets évoluent, se transforment, peuvent être appréhendés sous des angles différents (la Tour Eiffel n'a pas la même forme selon que l'on se situe à ses pieds qu'à une distance d'un kilomètre...) etc.

Dans sa version actuelle, l'application est, pour le moins, perfectible. Si elle reconnait aisément les objets (ordinateur, livre, bouteille...), elle échoue à aller davantage dans les détails (iMac, livre de Balzac, bouteille de Sauternes...). Un peu comme si en écoutant les quatre saisons de Vivaldi, Shazam ne pouvait vous dire que "Musique baroque". Un peu court...

Un business model malin

Si l'ambition de Blippar est peut-être utopique, son fondateur Ambarish Mitra, lui, y croit. "Ce que je suis en train de construire est plus grand qu'internet, confiait-il il y a quelques mois à Business Insider. Et j'irai jusqu'au bout car si je ne le fais pas, quelqu'un d'autre le fera." Car cet Indien de 36 ans passé notamment chez Axa pense que son idée pourrait amener à internet les analphabètes, une population estimée par l'Unesco à 743 millions d'adultes. Reste à savoir si cette population dispose d'un fort taux d'équipement en smartphone... 

Pour atteindre son objectif, la compagnie créée en 2011 à Londres vient de lever 54 millions de dollars (50 millions d'euros) auprès d'un fonds malaisien. Depuis sa création elle a déjà levé 99 millions de dollars. La société évoque notamment la possibilité d'utiliser cet argent pour faire des acquisitions. Selon le Financial Times, Blippar est une Licorne qui vaudrait déjà 1,5 milliard de dollars. La société compte 200 employés et revendique déjà une base de 50 millions d'utilisateurs dans le monde et 1,5 milliard d'interactions déjà enregistrées.

Et si le défi technologique de Blippar est immense, son modèle économique, lui, est très malin. La start-up fait payer les marques qui voudraient proposer du contenu en réalité augmentée sur son application. Comme par exemple des recettes au ketchup pour une bouteille de Heinz ou des liens vers des sites marchands si vous pointez un produit qui vous plait (vêtement, ordinateur, voiture...). L'entreprise a déjà signé des partenariats avec de grands groupes comme Coca-Cola, Procter & Gamble ou Nestlé. Et une société qui développe le business en même temps que la technologie c'est déjà une petite révolution en soi. 

La vidéo de démonstration de Blippar

Frédéric Bianchi