BFM Business

Cette appli vous évite de payer 800 euros un serrurier (entre autres)

L'application Doyouno permet aux utilisateurs de noter les artisans de proximité comme les serruriers ou les plombiers afin d'éviter les arnaques.

L'application Doyouno permet aux utilisateurs de noter les artisans de proximité comme les serruriers ou les plombiers afin d'éviter les arnaques. - Doyouno

Lancée il y a quelques semaines, l'application française Doyouno permet aux gens de noter les serruriers, plombiers, électriciens, mais aussi médecins ou réparateurs informatiques... Un "Trip Advisor" des artisans de services.

"J'ai été arnaquée deux fois par un serrurier, mais ça ne m'arrivera plus." Comme beaucoup de Français, Anne-Laure Enjolras s'est retrouvée à la porte de chez elle sans ses clés. "Le coup classique: je sors en vitesse, je claque la porte et j'ai oublié mes clés à l'intérieur." La première fois, c'était le soir. Seule solution pour elle: appeler un serrurier. "Il est arrivé, a passé 5 minutes sur ma porte et m'a réclamé 800 euros et en liquide s'il vous plaît", raconte-t-elle.

Lorsque la mésaventure lui est arrivée une seconde fois, elle a pris ses précautions. "J'ai appelé un autre serrurier qui m'a assuré qu'il l'ouvrirait sans problème avec une radiographie et que j'en aurais pour 100 euros. Mais une fois sur place, il m'a dit qu'il fallait tout démonter et que ça allait me coûter... 800 euros." Mais cette fois-ci, Anne-Laure ne s'est pas démontée et a refusé de payer. "C'était en pleine journée, j'avais le temps. Le serrurier a essayé à nouveau de l'ouvrir avec la radio et miracle, ça a marché! On se fait arnaquer tout le temps à Paris..."

Un système de paiement à la Uber

C'est pour éviter ce type de péripétie qu'elle a eu l'idée de créer Doyouno: une application à l'idée tellement simple qu'on s'étonne que personne n'y ait pensé avant. Elle permet à ses utilisateurs de proposer et noter les artisans de services. Ceux dont on est sûr qu'ils ne chercheront pas à arnaquer le client. Une sorte de "Trip Advisor" (le site qui permet de noter hôtels et restaurants) mais pour les serruriers, plombiers, électriciens, réparateurs informatiques, garagistes, etc. Au total, Doyouno recense 25 corps de métier répartis en 6 catégories: maisons et travaux, santé, informatique, fooding, beauté et soins et animaux. Mais une trentaine de nouvelles professions devraient apparaître dans les prochains mois: des avocats aux couturières, en passant par les architectes et les professeurs de piano.

-
- © -

La start-up, qui a lancé l'application fin octobre, en est pour l'heure à 1.500 avis, uniquement sur Paris pour le moment. Mais l'appli devrait s'ouvrir à la banlieue et aux régions dans les mois qui viennent. Pour accélérer le recensement, des ambassadrices ont été embauchées afin de sillonner les quartiers de la capitale à la rencontre des riverains. "Elles demandent aux gens les bons plans du quartier, explique Anne-Laure Enjolras. Le but c'était d'en avoir le plus possible dès le départ. Le problème des applis collaboratives c'est que les gens les téléchargent au début mais n'y retournent plus s'il n'y a pas encore assez de contenu." 

La start-up qui a levé 200.000 euros pour financer le développement de l'application (un développeur a été embauché en CDI) pense déjà à une deuxième levée de fonds. Et elle a de quoi convaincre les investisseurs. Car outre un bon concept (ce que beaucoup de start-up ont), Doyouno a aussi un business model (ce qu'elles ont moins souvent). Elle va mettre en place un système de paiement des artisans directement depuis l'application. "Le but c'est que tout s'effectue via l'appli: la mise en contact et le paiement sur lequel nous prenons notre commission, explique la co-fondatrice. C'est le modèle Uber, vous n'avez pas besoin d'aller chercher de l'argent au distributeur." Cette fonctionnalité sera lancée d'ici la fin de l'année. D'ici là, pensez à prendre vos clés avant de claquer la porte.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco