BFM Business

Ce site de brocante qui évite de consacrer ses week ends à chiner

-

- - -

Brocante Lab, site de brocante en ligne lancé il y a un an, vient de boucler sa première levée de fonds d'un demi-million d'euros auprès de business angels.

Depuis toujours, Charlotte Cadé aime écumer les brocantes, y sacrifiant une bonne part de ses week ends. Puis notre jeune diplômée de l'EM Lyon (28 ans) s'est mise à chiner sur internet. Elle passe ses soirées à dénicher des aiguilles dans des bottes de foin sur eBay ou le Bon coin, des sites trop généralistes à son goût, où l'on trouve tout et n'importe quoi. 

Un besoin identifié

Elle réalise alors qu'il y a un besoin pour un site spécialisé sur le mobilier de décoration: "je m'étonnais qu'il n'y ait pas un site qui sélectionne en amont les belles pièces".

Elle s'associe alors avec un diplômé de l'EDHEC, Maxime Brousse. Tous deux créent Brocante Lab en avril 2014, et ouvrent le site il y a un an.

"Nous avons engrangé plus de 200.000 euros de ventes en un an, et enregistrons une croissance de plus de 30% par mois", explique Charlotte Cadé. 

Aujourd'hui, le site propose 10.000 objets, quasiment tous apportés par des brocanteurs professionnels. Brocante Lab se rémunère en prélevant une commission de 15% sur les ventes. Le site propose aussi quelques pièces proposées par des particuliers, pour lesquels la commission est de 20%.

Levée de fonds en deux mois

Au départ, nos deux associés mettent 20.000 euros dans l'aventure. Puis ils lèvent 80.000 euros d'aides: 30.000 euros de la bourse french tech de la BPI; 15.000 euros de Paris Initiative Entreprise; et 25.000 euros dans le cadre du concours 101 Projets lancé par Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon. "On peut trouver beaucoup d'aides pour lancer son entreprise en France", constate Charlotte Cadé.

Enfin, Brocante Lab vient de boucler une levée de fonds d'un demi-million d'euros auprès de business angels, tels que Thierry Petit (Showroom Privé), Renaud Guillerm (Vide dressing), Oleg Tscheltzoff (Fotolia)... "Cette levée de fonds s'est faite en seulement deux mois, en contactant les business angels via LinkedIn", expliquent les fondateurs, qui ont gardé la majorité du capital. Un tiers de l'argent va être utilisé pour recruter des clients, et le reste pour recruter des salariés (l'effectif s'élève aujourd'hui à 9 personnes). 

Dans un an, le duo envisage une nouvelle levée de fonds de "quelques millions d'euros" auprès de fonds pour se lancer dans d'autres pays. 

Objectif: réaliser un million d'euros de chiffre d'affaires la première année, puis 20 millions d'euros dans trois ans. 

Jamal Henni