BFM Business

Ce que la fin du téléphone fixe va changer pour vous

4000 activités professionnelles devront accélérer leur transformation numérique parmi lesquels les PMU, l’aviation civile, la surveillance des ascenseurs, la télésurveillance et les réseaux interministériels.

4000 activités professionnelles devront accélérer leur transformation numérique parmi lesquels les PMU, l’aviation civile, la surveillance des ascenseurs, la télésurveillance et les réseaux interministériels. - AFP

Le développement de la fibre va signer la fin d’une époque : celle des vieux téléphones fixes qui étaient branchés sur le réseau cuivré via les prises en T.  Explications.

La transformation numérique de la France prendra un virage particulier dès 2022. En passant des réseaux cuivrés à la fibre optique (FttH), qui représente une enveloppe de 20 milliards d’euros, nos vieux téléphones branchés sur la fameuse prise en T, également appelé conjoncteur PTT ou prise gigogne, vont définitivement disparaître.

Cette issue fatale a été mise au grand jour dans le rapport demandé en juin 2013 à Paul Champsaur, Président de l’Autorité de la statistique publique, et rendu public le 19 février.

La transition aura de fait des conséquences positives. La France disposera d’un débit parmi les plus rapides d’Europe. Pour Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au numérique, la France aura ainsi "plusieurs années d’avance dans la compétition numérique." La fibre offre des débits 30 fois plus rapides que l'ADSL transmise par le cuivre.

Mais elle aura aussi des contraintes. D’abord pour les particuliers. Ceux qui possèdent encore un vieux téléphone devront en changer pour s’équiper d’un modèle numérique.

Par contre, pour de nombreuses entreprises, ce sera la révolution. Comme le note Le Figaro, la prise en T est au coeur de nombreux secteurs. En tout, 4.000 activités sont concernées comme les PMU, l’aviation civile, la télémaintenance industrielle, la surveillance des ascenseurs ou les réseaux de télésurveillance.

Une perte d'un demi milliard d'euros pour Orange

Orange sera aussi impacté. Fini la rente du cuivre qui lui permettait de gagner 500 millions d’euros par an grâce aux opérateurs qui louent le réseau. Pendant plusieurs mois, l’opérateur historique a joué de son puissant réseau pour allonger la durée de vie du cuivre avec le VDSL2. Il a rapidement compris que c’était inutile.

Lors de la remise du rapport, Emmanuel Macron, ministre de l'économie, a effectivement noté que "les propositions formulées par la mission s’inscrivent dans la volonté du gouvernement de fixer un cap clair, celui de l’investissement dans les réseaux à très haut débit […] et de définir une méthode, en accompagnant l’ensemble des acteurs de l’industrie et des utilisateurs dans ce changement d’époque".

Pour cela, Paul Champsaur propose de créer un statut de "zone fibrée" qui serait accordé par l’État lorsque la totalité d’une commune sera passée à la fibre. Dès l’obtention de ce statut, les vieux réseaux seront supprimés pour accélérer le passage des abonnés, particuliers ou professionnels, à la fibre.

Pour le gouvernement, ce rapport a deux objectifs. Prévenir les usagers d’un tournant décisif, même s’il n’a lieu que dans 7 ans. Mais surtout, rappeler aux opérateurs engagés dans ce chantier national, que le train est en marche et qu’il ne faudra pas repousser l’échéance.

Pascal Samama