BFM Business

Blablacar rachète Less, une appli de covoiturage urbain en temps réel

Créée en 2016, Less avait pour ambition de développer le covoiturage urbain et avait levé 16 millions d'euros.

Créée en 2016, Less avait pour ambition de développer le covoiturage urbain et avait levé 16 millions d'euros. - Kenzo Tribouillard-AFP

BlaBlaCar acquiert Less l'application de covoiturage urbain en temps réel créée en 2016 notamment par le fondateur de Criteo, Jean-Baptiste Rudelle. Celui-ci vient d'être rappelé aux commandes du spécialiste du ciblage publicitaire sur Internet.

La grève à la SNCF, qui dope son activité de covoiturage, donnerait-elle des ailes à Blablacar? Après s'être lancée dans la mise à disposition de places de bus les jours de grève, la société française rachète Less, start-up de covoiturage urbain.

Créée en 2016, celle-ci ne sera pas restée longtemps orpheline de son cofondateur le plus connu, Jean-Francois Rudelle, créateur de Criteo. Alors que ce dernier vient d'être rappelé aux commandes du spécialiste du ciblage publicitaire sur Internet, la technologie de Less va être absorbée par BlaBlaCar, dans le cadre d'un rachat.

Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé. La startup avait déjà levé 16 millions d'euros grâce au soutien financier des fonds Index Ventures et Daphni.

L'équipe de Less, composée d'une vingtaine de personnes, rejoindra entièrement BlaBlaCar, avec ses expertises de création et distribution d'applications mobiles, d'analyse massive de données ou de conception de services embarqués dans les véhicules.

Première acquisition axée produit et technologie

"Cette acquisition s’inscrit après la création d’un nouvel algorithme décuplant la granularité de notre service, et le lancement national de BlaBlaLines” , déclare Nicolas Brusson, directeur général du leader du covoiturage. L'acquisition va permettre de "nourrir en partie l'accélération de BlaBlaLines" et d'"améliorer ce nouveau marché qu'est le covoiturage urbain", selon lui.

BlaBlaCar en est à sa neuvième acquisition mais les huit précédentes étaient toujours des acquisitions liées à la stratégie d'expansion à l'international de la plateforme entre 2012 et 2017.

"Cette acquisition marque un changement de stratégie. On cherche à s'étendre en terme de produits", a-t-il ajouté. Le leader français du covoiturage, qui ne communique pas ses résultats financiers, emploie 350 personnes dont 250 en France et 100 à l'étranger.

Frédéric Bergé